Michel Kafando : « Le premier objectif de la transition est de préparer les élections »

64 10

Après la célébration du 54e anniversaire de l’indépendance du Burkina,  le chef de l’Etat, Michel Kafando a tenu un point de presse dans la salle polyvalente nouvellement ouverte. 

Le président de la transition, Michel Kafando, après s’être dit  ravi de la disponibilité avec laquelle la population du Mouhoun, principalement de Dédougou a contribué à la réussite de ces festivités du 11-Décembre, s’est prêté aux questions des journalistes. Ces derniers souhaitaient avoir des éclaircissements et le point de vue du Président du Faso sur de nombreux sujets, dont nous vous donnons ici la substance.

Le Panthéon. Sur la question du Monument aux Héros nationaux, qui a été mué en Panthéon des Martyrs de la Révolution, Michel Kafando a déclaré avoir compris, avec ses collaborateurs, que « la part de ces jeunes martyrs a été tellement décisive qu’il fallait faire quelque chose pour eux ».

De plus, pour lui, l’affectation du monument aux héros nationaux n’a jamais été suivie malgré les années qui passaient depuis sa désignation.

Dossiers Thomas Sankara et Norbert Zongo. A propos de l’accord donné à la justice pour l’identification du lieu de sépulture de Thomas Sankara, Michel Kafando explique qu’ils l’ont fait par « devoir de justice » car ils ne comprennent pas qu’on puisse refuser à une famille de pouvoir savoir si c’est son défunt qui se trouve dans la tombe sur laquelle elle se recueille.

Cependant, il dira plus loin que son gouvernement et lui sont « très prudents en matière de justice».  Il souhaite que le gouvernement ne s’immisce pas dans les questions de justice.

Sur l’affaire Norbert Zongo, le Président déclare également que le dossier ne sera pas occulté. « Nous n’allons pas solder cette injustice », a-t-il dit, annonçant d’ailleurs la tenue prochaine des états généraux de la justice.

Les élections, premier objectif de la transition. Michel Kafando a aussi reconnu que l’objectif principal de la transition est d’organiser des élections. « Le premier objectif de la transition est de préparer des élections libres et transparentes, déclare-t-il. C’est dans ce sens que des travaux avec la CENI commenceront en janvier prochain ». 

Biens mal acquis. Le Premier ministre Isaac Zida avait déclaré que les avoirs des dignitaires de l’ancien régime avaient été gelés et que tout était sous contrôle. Certains hommes de média ont demandé que des listes soient publiées et qu’au moins on puisse savoir les pays dans lesquels se trouvent ces biens-là. Michel Kafando leur a demandé la patience, car il faudrait plus de temps pour s’occuper de ce dossier.

Déboulonner le système déchu. Patience, c’est aussi ce que le président a demandé pour déboulonner l’ancien système de Blaise Compaoré (dont notamment ces différents directeurs nommés sous le régime déchu) et a insisté sur la nécessité de ne pas faire dans l’arbitraire. « La justice ne s’établit pas en créant l’injustice », édicte-t-il.

Gilbert Diendéré et le RSP. Les journalistes ont aussi abordé la question du Régiment de sécurité présidentielle et du nouveau Chef d’état-major particulier de la présidence du Faso.

Michel Kafando affirme  que la présence d’un chef d’état-major particulier de la Présidence est normale dans une République, et par conséquent,  ce n’est pas parce que le Général Diendéré a été limogé  qu’il ne doit pas être remplacé. Du reste, il déclare que le Commandant  Théophile Nikiéma, son remplaçant, n’est pas fait du même bois que son prédécesseur.

Michel Kafando  et Isaac Zida. Le courant passe-t-il bien entre Kafando et Zida, son Premier ministre ? Le président de la transition répond par l’affirmative. « Nous fonctionnons en parfaite symbiose ».

Célébration tournante du 11-Décembre. En maintenant la célébration tournante dans les régions de la fête du 11 décembre, le pouvoir de transition ne se contente-t-il pas de continuer dans le système de l’ancien régime ?

Le nouveau président a alors demandé que la question ne soit pas politisée. Pour lui, le principe est bon car il permet de développer tour à tour les régions du pays, et d’en faire des pôles d’attraction du point de vue culturel et historique.

Il pense cependant qu’on devrait revoir les modalités d’organisation, et qu’une année c’est peu pour que la région désignée soit prête à temps pour la fête. On devrait donc lui donner par exemple deux ans pour se préparer et construire ses infrastructures avant la fête.

Stella NANA
Burkina24

Voir aussi sur le 11-Décembre :

.

Il y a 10 commentaires

  1. Et pourtant monsieur le pr?sident, vous l avez fait en limogeant monsieur robert tiendrebeogo, ambassadeur en autriche tout simplement parck vous ne vous entendiez pas a new York kan il ?tait votre ministre conseiller…

  2. Bien dit camarade,les bailleurs pensent qu’il faut recuperer l’argent qui a ?t? depens? lors de la construction en 1 an,le ministere de l’urbanisme doit deploy? des controleurs sur tout le territoire national,pour que nous ne contunions plus a payer cheres les maisons

  3. Le peuple Burkinab? n’est pas sorti pour r?clamer des ?lections. Nous sommes sommes sortis pour exiger des r?formes cons?quentes afin d amener celui qui sera o pouvoir de respecter la volont? du peuple. Donc Mr le pr?sident commenc? ? pos? d abord ces bases.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre