Elections de 2015: Le CGD est pour le maintien de la CENI en l’état

45 7

Le Centre Gouvernance Démocratique(CGD) a organisé ce 6 janvier 2015 une conférence sur la question brûlante des futures élections. Autour du thème « Elections comme priorité de la transition », Abdou Karim Sango a abordé les questions centrales des futures élections en mettant l’accent sur la composition actuelle de la CENI.

CENI. La question de la composition de la CENI a suscité le plus d’interrogations lors de cette conférence-débat. Dans sa composition normale, la CENI regroupe des membres de la majorité, des membres de l’opposition et des membres de la société civile.

Mais à l’heure actuelle, qui représente la majorité et qui représente l’opposition, s’interroge-t-on. Face à cette question de taille, certains proposent qu’on revoit la composition de la CENI; et d’autres la disent purement illégitime.

Mais de l’avis de Sango, la légitimité de cette institution reste entière dans la mesure où « la composition tripartite est toujours respectée ». En outre, « il n’a jamais été démontré qu’elle était professionnellement incompétente pour organiser les élections ».

Révision du fichier électoral. Concernant ensuite la révision du fichier électoral, selon le conférencier,  elle permettra de recueillir plus d’inscriptions compte tenu du « nouveau contexte ».

Elle est prévue pour débuter « en fin février et devra aller jusqu’en mi-avril » et pour ce faire, il revient au gouvernement de « prendre un décret ». Le potentiel  électoral  est estimé à « environ six millions » de Burkinabè.

 Carte d’identité, carte d’électeur. « La carte d’identité pourrait être utilisée pour s’inscrire et pour voter », soutien Sango.

Cela permettra de faire des « économies extraordinaires » et c’est également une mesure de prudence car «  le citoyen donne plus d’importance à sa carte d’identité qu’à une carte d’électeur ». Cela peut se faire d’autant que la « carte nationale d’identité est biométrique ».

Vote des Burkinabè de l’étranger. Le délai imparti est court et pour le conférencier il serait judicieux de penser à cette question après 2015. Il affirme que « l’ancien régime a tenté d’instrumentaliser le vote des Burkinabè de l’étranger » de sorte qu’aujourd’hui, « un réel problème d’identification » se pose.

De même « les élections coïncident avec celles de la Côte-d’Ivoire », or il s’agit d’un pays où la diaspora burkinabè y est très représentative. Alors pour une question de « prudence »,  il vaut mieux temporiser.

Trois élections en vue. La proposition du CGD est le couplage des élections présidentielles et législatives ; les municipales pourront être organisées plus tard.

Issouf NASSA (Stagiaire)

Burkina24

Abdou ZOURE

Abdou Zouré est le rédacteur en chef de Burkina24.
.

Il y a 7 commentaires

  1. si aujordhui tous les fils et fille de ce pays de pres ou de loin on eu une foit l,occasion de particip? a une election libre et transparent de leur pays . que les induvidi qui ce dit plus burkinab? que ceux de la diapora . je s8 desol? on nest plus au 18em siecle tous le monde a avanc? m?me le mali en temp de guerre a put organis? pourquoi pas pr la premi?re foit quon puisque evolu? nous smme civilis? au temp que vous on na le meme droit que tous citoyen . fait un tour dans les province du centr est tu verra que tu ne peut pas neglig? la diaspora burkinab? on na le meme souci que vous on nest patriote ou pas?

  2. Hummm!!! Sango est-il toujours commissaire de la CENI? Auquel cas on comprendrait sa position sur cet organe… Franchement, si le CFOP a disparu, ? juste titre, la CENI devrait ?tre revue dans sa structuration, car, qui est majorit? et qui est opposition? Rien que du bon sens!

  3. Bonjour mes chers Autorit?s de la transition! pour ma part, il ne faut meme pas que ceux de l,exterieur participe aux elections. les votent n,ont qu,a consern? ceux residents au BF. sinon vous risquez de perdre le controle et il n,y aurra pas la transparence. il peut etre possible que cetait la seule garentis pour l,ex Pr?sident de gagn? tout temp. prennez encontre mes parole en tant citoyen aussi, car ?a peut nous servires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre