SEERA 2017 : Le Burkina veut un accès durable à l’énergie pour tous

76 0

Le ministère burkinabè de l’énergie, en collaboration avec ses partenaires, organise du 2 au 6 mai 2017 à Ouagadougou, la deuxième édition de la Semaine des énergies et énergies renouvelables d’Afrique (SEERA). Manifestation panafricaine, la SEERA abrite diverses manifestations publiques dont le Forum régional des énergies renouvelables (FORER), les journées de promotion des économies d’énergies (JPEE). Des tables rondes, des journées scientifiques, des visites d’installations et de chantiers, des expositions marqueront cette semaine dédiée à l’énergie.

« Promotion du mix énergétique et de l’efficacité énergétique pour un accès durable à l’énergie pour tous ». C’est le thème retenu cette année pour la SEERA.

La semaine des énergies et énergies renouvelables d’Afrique 2017 est placée sous le haut patronage du Premier ministre, la présidence du ministre de l’énergie, Pr Alfa Oumar Dissa et le parrainage du secrétaire exécutif de l’Organisation du Traité sur l’interdiction complète des essais nucléaires (OTICE), Dr Lassina Zerbo. Le Maroc en est le pays invité d’honneur.

Cette deuxième édition de la SEERA, selon les organisateurs, est consacrée notamment à l’unité d’actions entre les différentes initiatives de promotion des énergies renouvelables et de l’efficacité énergétique.

Pour le ministre de l’énergie, Pr Alfa Oumar Dissa, la SEERA s’inscrit en droite ligne de la vision du gouvernement burkinabè pour la promotion de l’énergie durable pour tous à travers l’accroissement de la disponibilité et de l’accessibilité de l’énergie, un des objectifs majeurs du PNDES.

Réduire la fracture énergétique entre les villes et les campagnes…

« Le gouvernement a pris l’option claire de la transition énergétique à travers l’utilisation des énergies renouvelables ainsi que la promotion de l’efficacité énergétique, conformément aux engagements pris par le Président du Faso dans son programme quinquennal afin d’apporter une réponse au déficit structurel de l’offre et de réduire à termes les coûts de production indispensables à notre développement économique et social », a-t-il indiqué.

Plusieurs pays représentés à la SEERA 2017.

L’Ambassadeur du Royaume du Maroc au Burkina Faso, Farhat Bouazza, s’est dit réjoui de partager l’expérience « volontariste et ambitieuse » de son pays dans le domaine de l’énergie avec le Burkina et les autres pays frères et amis représentés à la SEERA.

Il faut noter pour appel que le 20 avril 2017, l’Assemblée nationale du Burkina Faso a voté une loi portant réglementation du secteur de l’énergie permettant, entre autres, l’investissement privé dans la production et la distribution à travers le partenariat public-privé avec injection dans le réseau interconnecté de la SONABEL et l’accès des tiers audit réseau.

Cette loi, selon le ministre de l’énergie, vise à améliorer la couverture du pays en énergie, de réduire la fracture énergétique entre les villes et les campagnes et de soutenir l’accès à l’énergie pour tous. Au nombre des projets presque à maturité, il a cité la plus grande centrale solaire de l’Afrique de l’Ouest en construction : la centrale solaire photovoltaïque de Zagtouli d’une puissance de 33 MWc.

Noufou KINDO

Burkina 24

Noufou KINDO

@noufou_kindo s'intéresse aux questions liées au développement inclusif et durable. Il parle Population et Développement.
.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre