Menaces de prise en otage des salaires, le ministre rassure.

90 0

Au ministère de l’Economie et des Finances, le travail est au ralenti depuis de le début des grèves des financiers le lundi 13 juin.

Au cours de leurs sit-in, les agents du ministère de l’Economie et des Finances, les financiers en l’occurrence, ont  menacé de geler les salaires des agents de la fonction publique si une solution qui leur est favorable n’est trouvée.

Au cours d’un point de presse ce jeudi 16 juin, le ministre Lucien Marie Noël Bembamba a rassuré que les salaires de juin seront payés à bonne date.

Le fonds commun (FC) fait partie des primes allouées aux agents, dans certains pays qui ont hérité du système français, qui font rentrer des recettes dont une partie des agents  du ministère de l’Economie et des Finances. Il est lié aux structures chargées du recouvrement et est alimenté par ce que les gens du domaine appellent les accessoires constitués des pénalités et des amendes. Le FC tout comme le fonds d’équipement est aussi octroyé à d’autres corps comme la police afin de leur permettre de mieux exercer leur travail et améliorer les recettes.

A l’origine le fonds commun est destiné seuls aux agents du trésor, des impôts et des douanes qui relève du département de l’Economie et des Finances. Les financiers qui ne font pas partie de ces régies n’en avaient pas droit. Il a été étendu à tous les agents du ministère de l’Economie et des Finances par solidarité, selon le ministre en charge des Finances.

Dans leurs revendications, les financiers demandent une équité dans le partage de cette prime, c’est-à-dire une réduction substantielle des écarts qui existent entre eux et les autres (les fiscalistes, les comptables et les douaniers). Le ministre dit avoir accepté ce principe d’équité ; mais le problème qui se pose selon lui c’est la démarche pour y parvenir.

Tandis que les contestataires demandent la déconnexion  du FC de sa source de financement et son indexation au budget de l’Etat à 0,95% des recettes budgétaires soit environ 7 milliards de francs CFA, le ministre estime que «cela est contre le principe du FC». D’où viendra cet argent, s’est-il interrogé.  Toujours ouvert au dialogue pour une sortie de crise, M. Bembamba dit travailler avec son équipe à effectivement arriver à l’équité mais pas à l’égalité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre