Incendies mystérieux à Toma!

142 0

A tous ceux qui ne croient pas à la sorcellerie et au ‘’wack’’ africain: ‘’Si tu ne peux dire le mensonge pour arranger une situation, évite de dire la vérité pour tout gâter’’, dit la sagesse africaine.

Photo: duanrevig
Photo: duanrevig

Paradoxalement à cette grande sagesse, je prends le courage  de rompre le silence et vous porter le témoignage d’un fait totalement mystique et révélateur survenu ici à Toma, le 07 mars 2011. Étant l’un des nombreux témoins oculaires, et par devoir de mémoire assurément, j’écris pour persuader les plus sceptiques de l’efficacité de la magie noire africaine. Difficile toujours à croire penseront certains. Mais c’est seulement l’Homme qui reste aveugle, sourd et impénétrable sinon la nature semble lui indiquer toujours la voie à suivre.

J’écris ensuite pour identifier les vraies implications et l’intégration de ces phénomènes dans notre rôle d’agent de changement. Mais j’écris surtout pour savoir si l’Afrique a simplement perdu sa voie en voulant s’identifier au modèle de développement occidental? Pouvait-elle se hisser sur ses traditions, mythologies et ses rites? Mieux, faut-il repenser le développement à ‘’l’africain’’? Autant d’interrogations pour mieux cerner le sujet.

Le calme avant la tempête

Il y a d’abord eu ce houleux débat que j’ai eu la veille avec l’animateur Provincial et certains membres du ‘’grin de thé’’ sur notre culture, ses forces et ses limites. C’était une discussion improvisée mais très riche. J’ai entendu dire qu’il existe une période de semis arrêtée pour tout le monde ici et que personne ne pouvait semer ni avant, non plus après ces dates sans être inquiéter de la colère des ancêtres. J’ai ensuite entendu parler des vieillards qui, la nuit venue se transformaient en chats dévastateurs des champs, puis plus globalement de l’intimité que le paysan partage avec sa terre : il faut offrir tout ce qu’elle demande. J’ai entendu à nouveau parler de nos frères de l’EST qui refusent toujours d’utiliser le tracteur parce que cela creusait le ventre de la terre. Enfin avions-nous évoqué la sorcellerie, la communication avec les morts, le paradis perdu de la vie traditionnelle etc.

Beaucoup ont même prétendu que sans sciences ni hygiène nos grands parents mouraient vieux et que sans leur civilisation nous étions heureux. Alors se sont-ils demandés enfin : que cherchons-nous dans leur mélancolie?

Enseignements : la vision du développement (de l’entreprenariat agricole même) reste encore superflue pour le paysan. ‘’ Si vous êtes plus professionnels et rigoureux dans votre travail aux champs, alors pourriez vous être plus productifs et votre activité rentable. Ainsi pourriez-vous constituer des épargnes pour vous prémunir des caprices du climat. Dès lors vous ne connaitrez pas la faim et vos enfants iront à l’école. Exigez beaucoup de vous et attendez peu des autres. Allah n’est pas obligé.’’ Avais-je jusque là argumenté.

Mais je pense comprendre de plus en plus la rationalité paysanne. Nombre d’entre eux en effet se foutent de la richesse ou du bien être économique. Ce qui compte vraiment à leurs yeux, c’est le lignage, le respect des traditions. C’est pourquoi ils ne s’arrogeront jamais la colère des ancêtres en dévastant la brousse de fétiches au sol pourtant si riche.ils éviteront que nos jeunes frères deviennent des voleurs en interdisant toujours dans leur alimentation les œufs, même si toutefois ils restent exposés au redoutable kwashiorkor : il est donc facile de comprendre que le développement passe forcement par la prise en compte des dimensions culturelles et croyances des civilisés.

Les faits

Depuis près d’une semaine avant le fameux 07 mars, la famille SOME connait des tourments qui dépassent son entendement. Il est fréquent que le téléviseur s’allume tout seul et s’éteigne aussitôt que des pas surviennent. Les enfants prétendent voir un homme extraordinaire. Sa barbe fournie, qui n’est pas à la mode de cette époque porte à croire qu’il est vraiment sataniste. Les nombreuses alertes des enfants sont vaines. ‘’ Ces enfants sont devenus des poètes, leur imagination les fait delirer’’ déclamions-nous d’un air fort amusé. Puis c’est au tour de madame SOME de constater des pertes importantes dans sa maison et des incendies sans origine visible dont elle parvenait à arrêter la propagation avec l’aide des enfants. Visiblement excédé, monsieur SOME décide le lundi 07 mars de sacrifier un poulet sous l’autel. Provocation? Le même jour, sa maison prend feu. Nous sommes alertés. À peine avions nous éteint le feu et entendions alors sa fille cadette nous décrire l’Homme invisible et pendant que les chefs coutumiers sillonnent encore la concession, une nouvelle fumée se dégage de la chambre cette fois-ci. Résultat : vêtements et matelas n’existent plus. La foule compatissante est difficile à evaluer.une centaine environ et les interprétations foisonnent de tous les côtés; allant des lieux hantés à la malédiction du forestier qu’est monsieur SOME.

Au total sept incendies successifs et difficilement maitrisables s’enchainent chez le voisin SOME jusqu’à dix huit heures. Les résultats sont catastrophiques et indescriptibles. Heureusement on ne déplore aucune perte en vie humaine. Mais l’homme mystérieux promet de tout consumer, famille y compris. Seules les petites filles peuvent l’apercevoir et indiquent sa trajectoire.

‘’ Si la cohabitation devient difficile avec lui alors que cette maison a vu mon mariage il ya cinq ans alors je lui concède son domaine’’ me dit monsieur SOME en faisant allusion à l’Homme mystérieux; peu après le déménagement d’urgence. Pendant que je l’invitais juste à avoir plus de recul et d’aller à l’explication des causes racines de son malheur, nous apprenions ensemble le nouvel incendie dans la nouvelle maison. Les enfants sont traumatisés, on pouvait même recueillir près d’un seau de larmes. On sollicite le concours des catholiques avec leur eau bénite, puis des chasseurs dozzos, enfin des protestants; mais grand fiasco : le lendemain encore comme s’il connaissait bien la porte, le feu s’invitait à nouveau chez le voisin.

Il faut donc partir…aller loin jusqu’au village originaire pour comprendre. C’est avec la froide pensée que nul n’est vraiment invulnérable à la fatalité que je regarde toute la famille SOME regagner les bras ballants le car pour BOBO.

Je ne l’aurai peut-être pas cru si je ne l’avais vu. Et vous le croyez vous?

Il y a 1 commentaire

  1. BLAISE DOIT PARTIR |

    C’est effroyable!
    Dire que c’est de l’illusion, c’est ?tre constip? imaginairement!croire o? ne pas croire, ce sont des faits r?els. C’est le puvoir d’IBLIS ” le diable”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre