Trois millions d’euros pour la réinsertion socioéconomique des sinistrés de juillet 2010.

249 0

L’Union européenne a accordé un financement de 3 millions d’euros, soit près de 2 milliards de F CFA pour la réhabilitation des sinistrés des inondations de juillet 2010 des régions Est et Centre-Nord du Burkina Faso. La convention a été signée le mardi 21 juin 2011 par le ministre de l’Economie et des Finances Lucien Marie Noël Bembamba et le Chargé d’Affaires de la Délégation de l’Union européenne Théo Hoorntje.

En juillet 2010, de fortes pluies avaient causé des inondations dans les provinces du Sanmatenga, du Namentenga (région du Centre-nord) et de la Gnagna (région de l’Est). Plus de 100 000 personnes avaient été touchées dans ces deux régions du Burkina par cette catastrophe naturelle attribuée aux changements climatiques. En plus des dégâts matériels très importants, seize personnes avaient perdu la vie suite à ces inondations.

En vue de soulager ces populations meurtries par ce cauchemar et participer à redonner un souffle à leur vie quotidienne, l’Union européenne, à travers le Fonds européen de développement (FED), a débloqué 1,96 milliard de F CFA pour financer un projet en leur faveur.

L’urgence passée, «ces personnes qui ont tout perdu ont besoin de reprendre le cours normal de la vie, de se réinsérer dans le tissu économique et surtout, de jouer pleinement leur partition dans le développement du Burkina Faso», a soutenu le ministre de l’Action sociale et de la Solidarité nationale, Clémence Traoré.

Le projet ainsi financé vise à consolider les actions déjà entreprises et faire la convergence avec le développement sur les besoins n’ayant pas été couverts lors de la phase d’urgence. Selon le Chargé d’affaire de la Délégation de l’Union européenne, ce projet ‘’REPI 2010’’ va tenter d’apporter aux populations vulnérables une réponse concrète à leur besoins.

«Des activités dans le domaine agro-sylvo-pastoral et la reconstruction de petites et moyennes infrastructures permettront aux populations sinistrées de remettre à niveau les actifs productifs de ces provinces et de se procurer un revenu décent», a ajouté M. Hoorntje. Le programme sera mis en œuvre  à travers quatre projets qui agiront sur le terrain avec les ONG Action contre la faim, Intermon Oxfam, Christian Aid, et Development Workshop France présentes dans la zone ainsi que les partenaires locaux.

En rappel, le programme indicatif national courant pour le Burkina Faso s’élève à un montant de 635 millions d’euros (415 milliards de F CFA), provenant du Fonds européen de développement pour la période 2008-2013. Cette coopération ‘’régulière’’ finance le renforcement des infrastructures, de l’inter-connectivité, de la bonne gouvernance, l’appui au cadre macroéconomique du pays en faveur des secteurs sociaux. Elle intervient également dans l’appui à l’intégration et la coopération régionale.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre