Jean Victor Traoré, basketteur burkinabè en France, « veut jouer pour le Burkina Faso »

177 0

De nombreux basketteurs burkinabè évoluent dans divers championnats d’Europe. Malheureusement, ils ne sont pas connus du public burkinabè. Jean Victor Traoré fait parti de ces basketteurs évoluant en Europe et particulièrement en France. Le Burkinabè, né à Dakar (il a eu 26 ans le 20 juin dernier) et qui a rejoint la France à 16 ans rêve de jouer en équipe nationale du Burkina. et de son souhait de le basketball de son pays dans le haut niveau.

Jean Victor Traoré. Photo: ouest-france.fr
Jean Victor Traoré. Photo: ouest-france.fr

 Burkina 24 : Comment êtes vous arrivé à Anger ?

Jean Victor Traoré: J’étais  à Paris pour les études et c’est là bas que j’ai commencé à jouer.  J’étais ensuite en  national 3 à Macy. J’ai commencé ici au Burkina, au Kadiogo avant d’aller en France. Après ça j’ai fait un an de centre de formation. J’ai été trois ans dans l’est de France en N1. C’est de là bas que je suis allé à Anger. Cela fait deux ans que je suis à  Anger en National 1 (N1) où j’ai signé pour trois ans. Je viens de prolonger mon contrat pour deux ans.

Burkina 24 : Avez-vous eu l’occasion de participer aux championnats nationaux avant de partir du côté de l’hexagone ?

Jean Victor Traoré: J’ai joué les championnats en sénior avant de partir avec les Kadiogo Bulls mais j’étais encore cadet. J’ai joué l’année d’après aussi avec les Kadiogo quand j’étais revenu pour les vacances. C’est tout. Sinon, c’est en France que j’ai le plus joué. 

Burkina 24 : Comment s’est passé votre saison avec Angers cette année ?

Jean Victor Traoré: Cette saison, on a fini deuxième du championnat. Ensuite, on arrive en plays off mais on perd en demi-finale. Nous n’arrivons pas à monter en Pro B. Sur le plan personnel, j’ai fais ma meilleure saison jusque là et j’espère que ça va continuer ainsi.

Burkina 24 : Une bonne saison alors est ce que cela vous a valu des sollicitations auprès d’autres clubs ?

Jean Victor Traoré: Oui ? J’ai eu d’autres propositions dans d’autres clubs à d’autres niveaux. Mais Angers m’a fait la meilleure offre. En plus il y a un bon projet sportif et je vis avec mon frère là bas. C‘est mieux d’être avec la famille. J’espère faire monter l’équipe. Vu que ça fait deux ans que j’y suis. Je préfère faire monter l’équipe plutôt que de bouger comme cela.

Burkina 24 : Vous avez quitté le Burkina très tôt. Comment avez-vous fait pour faciliter votre intégration ?

Jean Victor Traoré: Ce n’était pas facile, parce quand j’étais parti, c’était pour des raisons d’études et non pour le basket. Ensuite, j’ai commencé à jouer avec le lycée. Petit à petit, j’ai commencé à gagner les championnats avec le lycée avec les cadets d’une petite ville. On  se faisait  connaitre. Après, mon BTS, j’ai fais des tests et j’ai eu la chance d’être pris dans un centre de formation pour un an. Ce qui est rare. Normalement le cursus de formation dure trois ou quatre ans, moi j’ai été pris un an. J’ai pu après atterrir au niveau professionnel. Tout cela s’est fait au fur et à mesure. J’ai quitté ici jeune mais j’ai commencé en retard. Néanmoins, je suis content de là où je suis car je n’avais jamais pensé être professionnel de basketball.

Burkina 24 : Vous restez ambitieux quand même ?

Jean Victor Traoré: Oui maintenant, j’ai plus d’ambition parce que je sais d’où je viens, j’ai commencé tard il faut que je rattrape tout cela. En plus je veux représenter mon pays dignement.

Burkina 24 : Le choix a été facile pour vous de choisir entre les études et le basket

Jean Victor Traoré: Ça s’est fait tout seul. Sinon, je n’ai pas abandonné les études. D’ailleurs, j’ai mon BTS en informatique qui est comme une roue de secours. Sinon pour le moment je me consacre un peu à ma passion.

Burkina 24 : On sait que vous êtes professionnel, malgré cela est ce que vous avez le temps de faire autre chose que le basketball ?

Jean Victor Traoré: Je ne fais que du basket. De toute façon, je n’ai pas le temps de faire autre chose vu qu’on a deux ou trois séances d’entrainement pas jour si on a des de séances de musculation. En plus de cela on a des matches tous les week-ends voir parfois en semaine, on a un contrat de travail normal, salarié. Je suis professionnel à plein temps, je n’ai pas l’occasion de faire autre chose.

Burkina 24 : Quelles sont les qualités de Jean-Victor Traoré.

Jean Victor Traoré: Je joue poste 4, ailier fort. Mes qualités sont plus basées sur l’athlétique. Je suis parmi les meilleurs contreurs et les rebondeurs. Ensuite, j’essaie d’apporter dans le shoot. Cette année, j’ai eu mes meilleurs shoots. C’est surtout cela : les qualités athlétiques que j’apporte à l’équipe, la vitesse, les contres et les rebonds, l’agressivité et dans les shoots quand je peux.

Burkina 24 : L’Afrobasket aura lieu bientôt, le Burkina Faso n’y participe pas, comment vous qui êtes professionnel, vivez cette situation ?

Jean Victor Traoré: C’est difficile parce que tous les autres coéquipiers rentrent à l’été pour jouer avec leurs équipes nationales. Pourtant on est plusieurs Burkinabè en France au Etats-Unis, en Belgique en Italie un peu partout et ça fait mal de ne pas pouvoir jouer pour sa sélection. Mais je suis agréablement surpris de constater qu’il y a un championnat qui recommence, il y a un nouveau président donc j’espère qu’ils pourront constituer une nouvelle équipe pour nous permettre de pouvoir jouer pour le pays. Nous n’attendons que cela. Sinon, ça fait mal de ne pas pouvoir jouer pour le pays.

Burkina 24 : Donc vous voulez dire que le Burkina Faso est capable d’avoir une équipe constituée de professionnels ?

Jean Victor Traoré: Je pense que c’est possible avec les joueurs d’ici et d’ailleurs. Il suffit d’une bonne organisation. Je pense que l’essentiel c’est de commencer. Ça ne se fait pas du jour au lendemain. Cela va prendre un peu de temps. Mais si on ne commence pas on ne va jamais avoir d’équipe. Les autres aussi ont des problèmes pour emmener leur jouer. Mais il n’y a rien encore. Si les gens sentent qu’il y a un bon mouvement, un bon élan tout le monde va faire de son mieux pour jouer en équipe nationale. C’est possible.

Burkina 24 : Vous êtes né à Dakar est ce que vous n’êtes pas tenter de jouer au Sénégal ?

Jean Victor Traoré: C’est vrai je suis né là bas. J’y ai de la famille également. Le pays m’a déjà contacté. J’ai écouté ce qu’ils avaient à me dire. Mais, j’ai vraiment grandit ici. Je pense que si je joue ici j’aurais plus de fierté, je serai plus reconnu. Mon père est d’ici et je pense qu’il aimerait me voir évoluer au Burkina Faso. Il suffit qu’on ait une bonne équipe et c’est possible.

Burkina 24 : Vous avez un frère qui joue également au basketball, parlez nous de lui.

Jean Victor Traoré: Sam Henry Traoré, joue à Évry en national 3. S’il y avait une équipe nationale, il pourrait jouer également. A son âge, je jouais également en national 3.  Il n’est pas encore professionnel. Lui il est plus petit que moi mais plus physique. Il joue 4 ou 5, pivot ou ailier fort un peu comme moi.

Burkina 24 : Comment est organisé le club d’Angers de basket ?

Jean Victor Traoré: C’est l’une des meilleures structures de la N 1. Ils ont été en pro B pendant plusieurs années. Il y a de bonnes structures. Ils ont une grande salle de presque 3000 à 4000 places. Il y a tout ce qu’il faut pour mettre les basketteurs dans de bonnes conditions. C’est une ville qui respire presque le basket. En plus ils ont une grande équipe qui joue en ligue 2 donc c’est un peu la concurrence. Mais si on monte en pro B, ça va mieux avancé. C’est une bonne ville pour le basket. Il y a beaucoup de supporters même si ce n’est pas vraiment chaud pour le moment.

Burkina 24 : Quelle est la différence entre les différentes divisions Pro A, Pro B et N1 ?

Jean Victor Traoré: D’abord entre la Pro A qui est le plus haut niveau et la Pro B, le fossé est grand. Ensuite la N 1 qui est la troisième division et la Pro B, se confondent souvent. Les meilleures équipes de la Pro B sont supérieurs à la N1, mais le niveau entre les deux catégories se rapproche. C’est le titre qui change sinon, le niveau, l’intensité des matches, la qualité, c’est presque la même chose. Nous on est en nationale 1, la troisième division et on espère remonter en Pro B.

Burkina 24 : Dans des coupures de journaux on a vu que vous avez beaucoup contribué à certaines victoires de votre équipe. Est-ce qu’on peut dire que vous êtes l’un des piliers de cette équipe ?

Jean Victor Traoré: Pilier… je pense l’être surtout que par rapport aux autres années on est était deux ou trois qui restions. Les autres étaient des nouveaux. Par mes statistiques de cette année, je pense que je fais partir des piliers de cette équipe. Mais je pense que c’est une équipe qui sera reconstituée à moins de 50% pour la saison prochaine. Il faut donc travailler de nouveau pour pouvoir avoir un bon statut.

Burkina 24 : Alors quelle comparaison faites-vous du championnat français et de la NBA ?

Jean Victor Traoré: Oh ! Il y a un grand fossé. Je pense que le championnat français doit travailler pour être au niveau européen parce qu’en Europe, ce sont des pays comme l’Espagne qui arrivent à rivaliser avec les Etats-Unis. Il y a une grande équipe non loin de Angers, il s’agit de Cholet qui commence  avoir un niveau européen ou Nancy. Sinon, il y a un grand fossé entre la NBA et la Pro A.

 Burkina 24 : Avez-vous des contacts avec d’autres basketteurs burkinabè ?

Jean Victor Traoré: Peu. Parce que moi quand je suis parti d’ici, j’étais jeune. Je jouais un peu à tout, le football, le basketball etc. Les professionnels actuellement ne sont pas forcement de ma génération. Fréjus Zerbo, c’est un contact de loin. En plus Moussa qui évolue en Belgique, c’est lors de l’enterrement de Thomas Compaoré qu’on s’est vu. C’était donc dans des conditions tristes. (D’ailleurs on a perdu un grand joueur). Les autres, je les connais de nom. J’aimerais les rencontrer justement pour qu’on joue ensemble.

Burkina 24 : Avez-vous pensé  à ce que vous ferez lorsque vous ne serez plus basketteur ?

Jean Victor Traoré: C’est vague encore. Ça dépendra de ma situation à ce moment. Je ne sais pas si j vais rester là bas mais l’objectif c’est de revenir dans mon pays après mais il n’y a rien de précis pour le moment.

Burkina 24 : Qu’est ce qu’il faut faire pour améliorer le basketball burkinabè selon vous malgré votre absence au pays?

Jean Victor Traoré: C’est difficile, il faut donner plus de moyens aux clubs d’abord. Il faut commencer quelque chose pour voir les erreurs et les corriger. Pendant plusieurs années, il n’y a rien eu. Il faut commencer quelque chose. On a commencé on verra les erreurs pour les corriger. J’ai vu quelques matches, j’ai l’impression que les joueurs ne s’entrainent pas assez. C’est parce qu’en général, les joueurs travaillent. Je pense qu’il faut aménager les programmes pour permettre aux joueurs de s’entrainer assez. Il y a un championnat il faut continuer. Je pense que le ministère doit accompagner l’élan qui est en train d’être mené.

Burkina 24 : Mais vous comment peut se faire votre contribution, sur le terrain uniquement ?

Jean Victor Traoré: Je ne sais pas d’abord. Je viens de rentrer. Avant il n’y avait rien. J’ai ramené quelque matériel. Je ne sais pas à qui je vais les remettre mais je réfléchis. On a le statut de professionnel en France donc on ne peut pas revenir jouer ici. Franchement je n’ai pas encore pensé à comment apporter ma contribution parce qu’il n’y avait rien. J’espère qu’avec les autres on va pouvoir se mobiliser pour faire quelque chose.

Burkina 24 : Avez-vous un message particulier à l’endroit des burkinabè ?   

Jean Victor Traoré: J’aimerais parler de mon pote Thomas Compaoré. J’ai l’impression qu’on n’a pas assez parlé de lui ici, alors qu’il avait des projets pour le Burkina Faso, pour la fédération. C’est triste qu’il soit parti. J’espère que personne ne va l’oublier et l’on fera quelque chose à sa mémoire. Cela me tient beaucoup à cœur.

Entretien réalisé par Boukari OUEDRAOGO

 

Jean Victor Traoré. Photo: ouest-france.fr

Il y a 1 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre