17ème sommet de l’Union africaine: Le Président du Faso fait le bilan

213 0
Blaise COMPAORE

Au terme de son séjour du 29 juin au 1er juillet 2011, à Malabo, où il a pris part à la 17ème session ordinaire du sommet des Chefs d’Etat et de Gouvernement de l’Union africaine (U.A) sur le thème : « accélérer l’autonomisation des jeunes pour un développement durable », le Président Blaise COMPAORE a reçu une délégation des Burkinabè vivant en Guinée-Equatoriale, conduite par le consul honoraire, Monsieur Ahmed SORGHO. 
Après cette rencontre, le Président du Faso a accordé un entretien à la presse nationale. Dans cet entretien, il s’est exprimé sur trois sujets, à savoir: la crise libyenne, le thème du sommet et l’examen du programme d’actions national du Burkina Faso dans le cadre du Mécanisme africain d’évaluation par les pairs (MAEP).
Sur la crise en Libye, Blaise COMPAORE a indiqué que les pays africains sont en train de s’accorder sur la nécessité de trouver une solution politique, parce qu’il n’y a pas de doute que le peuple libyen a soif de la liberté politique et a besoin de choisir lui-même ses propres dirigeants. Dans ce cas, « il revient au peuple libyen de dire quelle est l’option qui lui convient mais il est certain que le président KADHAFI en demandant à s’exclure des négociations est une indication de sa disponibilité à suivre le choix des Libyens », estime Blaise COMPAORE.
En ce qui concerne le thème du sommet, « accélérer l’autonomisation des jeunes pour un développement durable », le Président du Faso a affirmé que les chefs d’Etat se sont accordés sur une analyse qui a été établie, à savoir, que la jeunesse est d’abord une composante importante de la démographie africaine et qu’à ce titre, « elle est peut être un facteur de stabilité si elle est épanouie et responsabilisée. Elle est un atout pour bâtir l’avenir du continent car elle regorge des initiatives de développement, d’inventivité, et de génie. »
Sur l’examen de la mise en œuvre du programme d’actions national du Burkina dans le cadre du MAEP, notre pays vient, selon le Président du Faso, « en deuxième position après l’Afrique du Sud. Nous pouvons dire que cette deuxième revue d’évaluation du programme d’actions a été de la même façon saluée, car nous avons fait dans ce rapport une évaluation de toutes les actions qui ont permis à notre pays d’améliorer à la fois la gouvernance politique et institutionnelle, mais aussi la gouvernance des entreprises, le développement économique d’une manière générale. Aussi, j’ai cru comprendre que les uns et les autres étaient intéressés par notre démarche vis-à-vis de la jeunesse, sur le plan de la décentralisation, de la lutte contre le sida, et de l’informatisation de la dépense publique et de gestion des ressources. Pour nous, c’est un cadre idéal pour l’Afrique de partager les expériences réussies dans chaque pays afin que nous puissions avancer sans réinventer la roue. »

Direction de la Communication de la présidence du Faso

 

 

Dieudonné LANKOANDE

M. Lankoandé est passionné de web2.0 et de stratégies marketing (Marketing/web & Community Management) propre au secteur on line, domaine dans lequel il a plusieurs années d’expériences.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre