Lettre ouverte au Premier ministre : Des propositions de mesure pour réglementer le loyer

177 0

Ci-dessous une lettre de Abdallah Golo. Celui-ci déplore le comportement des bailleurs (propriétaires de maisons en location) qui augmentent régulièrement le coût des loyers tous azimuts. Abdallah Golo fait des propositions au Premier ministre pour ainsi règlementer le loyer dans la ville de Ouagadougou.
Excellence Monsieur le Premier Ministre, notre pays traverse une crise sans précédent. Ainsi donc, en lieu et place d’une solidarité nationale, certaines catégories de population notamment les plus nanties se livrent à la surenchère, rendant ainsi ardue la tâche du gouvernement.

Pendant que l’Etat s’attelle à alléger les souffrances des populations par des mesures fortes, des bailleurs trouvent moyen de multiplier par deux (2) voire par trois (3) le prix du loyer sous prétexte que des voies qui traversent les quartiers ont reçu des bitumes. Excellence Monsieur le Premier Ministre, nous devons retenir deux choses :

Primo : « c’est la pauvreté des uns qui donne le sens à la richesse des autres »,

Secondo : « c’est parce qu’il y a la paix qu’il existe des biens ». Nous pensons que ces cinq (5) derniers mois de crise devraient donner à réfléchir à tout Burkinabè doté d’une intelligence.

Excellence Monsieur le Premier Ministre, nous saluons la mesure sur l’octroi des indemnités de logement aux salariés d’ici à octobre 2011, mais les efforts seront vains si les bailleurs continuent à louer des maisons deux (2) chambres-salon à 100 000 F ou 150 000 F CFA. Combien sont-ils les fonctionnaires burkinabè à avoir un salaire de 100 000 F CFA ?

Nous proposons donc une mesure urgente réglementant le loyer de la manière suivante dans la ville de Ouagadougou :

1 – Chambre-salon à 15.000 F.

2- Deux (02) chambres-salon à 30.000 F.

3- Trois (03) chambres-salon à 45.000 F.

Il ne faudrait pas alors permettre aux brebis galeuses de s’enrichir davantage sur le dos des pauvres populations quand on sait que tous ces gens driblent la fiscalité.

Soyons honnêtes et sincères à reconnaître que l’Etat à lui seul ne pourra pas résoudre toutes ces questions.

Aussi, nous proposons que l’Etat s’implique dans la vente des parcelles en fixant un prix unitaire du m2 en fonction des zones.

En tout état de cause, la pauvreté et la misère des populations ne devraient réjouir personne, car nul ne connaît sa fin quand on sait que l’on peut tout perdre en une journée. Souvenons-nous que c’est par solidarité que nous acceptons que l’on dédommage les riches d’hier avec les biens publiques acquis avec nos taxes et nos impôts à tous. Excellence Monsieur le Premier Ministre, telle est notre contribution à la résolution de la crise.

Tout en vous souhaitant, bonne réception de la présente, je vous prie d’agréer, Excellence Monsieur le Premier Ministre, l’hommage de ma haute considération.

Abdallah GOLO (Golo [email protected] )

Il y a 1 commentaire

  1. tres bonne proposition. Mais il doit ausi revoir les attribution des parcelle. On chsse les pauvre de Ouaga. regarde les espce vide de ouaga2000. le pays va mal d’ailleurs. Mais le burkina est tres vaste et la population devrait profiter de la seule richesse et avoir un toit chacun. J’ai meme pas de terrain ici et on me demande d’aller au non loti..affaire a suivre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre