Athlétisme: le championnat d’Afrique sénior Région II a débuté hier à Ouagadougou

960 0

© Panoramic

La huitième édition du championnat d’Afrique sénior Région II a débuté hier à Ouagadougou au Burkina Faso et durera jusqu’à dimanche au Stade du 4-Août. La Cérémonie d’ouverture s’est déroulée hier vendredi au Stade du 4-Août de Ouagadougou.

Durant trois journées, le championnat d’Afrique d’athlétisme va battre son plein. 150 athlètes de dix pays d’Afrique de l’ouest seront à Ouagadougou. Certains seront présents pour réaliser des minimas pour les Jeux Africains à Maputo au Mozambique (3-18 septembre) et pour les Jeux Olympiques de 2012.
A signaler, l’absence du Ghana, du Nigéria, de la Gambie et du Libéria qui disputent des compétitions nationales.
Le Burkina sera représenté par 30 athlètes qui compétiront dans 26 épreuves pour les hommes et 24 pour les dames. L’objectif fixé par la Fédération burkinabé d’athlétisme (FBA) est d’engranger 40 % des médailles mises en jeu. « Nos athlètes ont eu droit à trois phases de préparation.A l’issue de ces préparations, ils ont été internés depuis le 11 juillet 2011 au Stade du 4 Août pour des séances de stages groupés. Je peux donc affirmer que nos athlètes pourront atteindre les objectifs que nous nous sommes assignés à savoir: rafler les 40% des médailles qui seront mises en jeu. » a expliqué Alassane Neyan, le directeur technique burkinabé lors de la conférence de presse de présentation qui s’est tenue mercredi 20 juillet dernier.

Le budjet prévisionnel du championnat est de 150 millions de Francs CFA. Mais, pour organiser cette compétition, la FBA a dû faire face à de sérieux problèmes financiers comme l’explique son président, le colonel Daniel Zongo. « Depuis le septième championnat qui s’est tenu à Porto Novo au Benin, à l’issue duquel l’organisation de ce championnat nous a été confiée, nous nous sommes atellés jour et nuit pour la réussir. Mais entre temps, nous nous sommes trouvés confrontés à de sérieux problèmes financiers. Compte tenu des évènements qu’a connu le Burkina, notre ministère de tutulle n’était pas capable de nous fournir la somme nécessaire pour organiser le championnat. Et nous sommes allés voir les dirigeants de la région II de l’athlétisme pour leur montrer que nos moyens sont limités. Et comme il fallait coûte que coûte organiser ce championnat qui est une condition nécessaire à la participation aux jeux africains, ils ont décidé de nous subventionner. […] Mais, compte tenu des contraintes financières, nous avons été obligés de réduire les dépenses et nous retrouver avec un budget limité. »

 



Dieudonné LANKOANDE

M. Lankoandé est passionné de web2.0 et de stratégies marketing (Marketing/web & Community Management) propre au secteur on line, domaine dans lequel il a plusieurs années d’expériences.

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *