Accident sur l’axe Ouaga-Bobo : Le soutien du gouvernement aux victimes

155 0

Dans la nuit du samedi 23 au dimanche 24 juillet 2011, deux cars de transport en commun et un véhicule poids lourd de transport de céréales ont fait un grave accident sur l’axe Ouaga-Bobo, à quelques kilomètres de la ville de Boromo. 11 personnes y ont perdu la vie. Le gouvernement burkinabè a dépêché sur les lieux une délégation pour soutenir les victimes.

C’est à quelques kilomètres du lieu du drame du 15 novembre 2008 que la route a encore endeuillé le Burkina. Deux cars de transport en commun, l’un malien et l’autre burkinabè, et un véhicule de transports de céréales se sont emboutés. Le drame a eu lieu à cause d’une erreur de dépassement. Le bilan est lourd : 11 morts et une quarantaine de blessés. On dénombre parmi les victimes des Burkinabè, des Sénégalais, des Béninois et des Maliens.

Les chauffeurs des deux cars de transport en commun ont tous succombé sur le coup. Le seul rescapé est celui du camion. C’est ce dernier qui a pu expliquer les raisons de l’accident.

Selon lui, l’un des cars l’a doublé, malgré les appels de phare de l’autre véhicule qui venait en sens inverse et s’est ainsi retrouvé pris en sandwich, causant ce terrible accident.

Le gouvernement burkinabè  a dépêché une délégation sur les lieux le dimanche 24 juillet. Ladite délégation, composée de quatre membres du gouvernement, ont apporté compassion et soutien aux victimes. Une prise en charge gratuite a été décidée à l’endroit des blessés pendant que des dispositions ont été prises pour que les personnes décédées aient une digne sépulture.

Le gouvernement burkinabè, ces derniers temps, tente de corriger le reproche cinglant qu’on lui a fait en 2008, où l’exécutif avait été muet face au premier drame survenu à quelques kilomètres du présent accident.

Mais ce second drame de Boromo  pose une fois de plus la question de la circultation et de la sécurité routière au Burkina.  La responsabilité des usagers de la route et celle des autorités est plus que jamais engagée.

M. Sawadogo

Abdou ZOURE

Abdou Zouré est le rédacteur en chef de Burkina24.

Il y a 1 commentaire

  1. Bonjour,
    Effectivement les causes de cet accident de la circulation nous interpelle encore sur le respect du code de la route au Burkina. Moi je roule reguli?rement la nuit vers des villages autour de Ouaga et je vois comment les conducteurs(transporteurs en commun et poids lourds) conduisent la nuit (anti-brouillard braqu? sur les gens avec ?blouissement des ces derniers, d?passement en malgr? l’impossibilit? en temps normal donc mettant en danger la vie des usagers, travers?e des villes et/ou village ? plus de 50Km/Heure,etc). Tout cela se fait aux yeux des controleurs routiers (Police, Gendarmerie, Douane,…) qui souvent prennent des billets de 1000FCFA ou plus et laisse passer cela.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre