Impunité et justice pénale internationale : une session de formation de jeunes africains à Ouagadougou.

289 0

Une vue du présidium à la cérémonie d’ouverture. Photo B24

Il s’est ouvert ce matin dans la capitale burkinabè, la deuxième session des universités d’été des Droits Humains, à laquelle participe une trentaine de jeunes africains. Le Centre d’information et de formation en matière des droits humains, entend par là tenir son pari du renforcement de la capacité d’actions des jeunes dans un domaine dont il est de plus en plus question.

A cette deuxième session des universités des droits humains du CIFDHA, c’est la question combien d’actualité de l’impunité et de la justice pénale internationale qui sera au cœur de la formation et des échanges, et ce, du 25 au 30 juillet. L’initiative de ces sessions d’enseignements sur les droits humains émane de jeunes défenseurs des droits humains qui œuvrent à travers leur Centre au renforcement de la capacité d’action des jeunes. Après la première session qui s’est déroulée en août 2010 avec pour thème « Migrations et Droits Humains », cette année, les jeunes auront droit à un enseignement sur le thème « Impunité et justice pénale internationale ». Organisée avec l’appui du Centre de conseils et d’appui pour les jeunes en matière des droits de l’homme (CODAP), la session réunie 32 jeunes militants des droits humains, venus de l’Afrique de l’Ouest, du Tchad et de la République Démocratique du Congo, sélectionnés parmi une centaine de candidats.

Une vue partielle des participants et invités à la cérémonie d’ouverture. Photo B24

L’actualité de la thématique et les multiples controverses au sujet de la  justice pénale internationale enrichiront surement les cours, ce d’autant que les enseignants s’y connaissent excellemment en la matière. Praticien du droit, enseignants d’université et acteurs de la société, tous érudits en matière de justice pénale internationale et de lutte contre l’impunité, se succéderont en chaire durant ces six jours, avec pour objectif de donner une meilleure connaissance des systèmes universels et africains de protection des droits humains et de permettre une maitrise du concept de justice pénale internationale ainsi que les stratégies de lutte contre l’impunité.

Du reste, Me Hervé Diakiese, avocat au barreau pénal international et formateur présent à cette session, a fait une entrée en matière sous forme de conférence inaugurale qui a retracé le mouvement international de lutte contre l’impunité. Pour la présidente du Centre, « la justice comme garantie des droits de l’homme joue un rôle modeste ». Aussi estime-t-elle nécessaire de « lutter contre ce qu’il convient d’appeler la culture de l’impunité ». Cette formation ciblée pour les jeunes et sur une thématique d’une importance accrue, vise un défi majeur, celui de lutter efficacement contre cette culture de l’impunité afin de contribuer de façon décisive à une meilleure garantie des droits de l’homme en Afrique.

Les CIFDHA en quelques mots

Le Centre d’information et de formation en matière des droits humains en Afrique est une initiative de jeunes militants des Droits humains qui a vu le jour en 2009. L’association a son siège à Ouagadougou et mène ses activités sur tout le territoire national, au profit notamment des jeunes. Avec pour objectif principal le renforcement de la capacité d’action des jeunes, le Centre tient chaque année une session de formation sur une thématique liée aux droits humains, dans le cadre de son projet d’universités d’été des droits humains. En sus de ces sessions et des autres formations qu’il anime au niveau national, le Centre mène des activités d’information et anime chaque mois un Café appelé « Café Droits de l’Homme ».

Justin Yarga

Journaliste web qui teste des outils de Webjournalisme et datajournalisme, Media strategy consultant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre