AG des sociétés d’Etat: Privilégier le dialogue social

367 0
La 12eAssemblée générale des sociétés d'Etat s’est ouverte ce jeudi 28 juillet 2011 et se tient jusqu’au 30 juillet prochain. Le Premier ministre Luc Adolphe Tiao,qui a présidé l’ouverture des travaux, a exhorté les responsables de ces sociétés à privilégier le dialogue social pour un bon fonctionnement.«Un dialogue social plus large et plus efficace, des acteurs plus légitimes et plus responsables», c’est le thème retenu pour cette 12eAssemblée générale des sociétés d'Etat (AG/SE) 2011. Celle-ci se tient à la sortie d’une crise sociale et politique ayant mis à mal l’image du Burkina Faso, mais aussi son économie. Et le Premier ministre se réjouit «du retour de la sérénité, favorisant du même coup la reprise de l’activité économique». On comprend donc aisément le choix de ce thème, dont la réflexion permettra d’éviter une crise semblable à l’avenir.Le dialogue social serait gage, selon lui, d’un travail décent et productif dans un climat de liberté, d’équité, de sécurité et de dignité humaine, et également de responsabilité partagée. C’est pourquoiil faut privilégier l’intérêt général au détriment de toute autre considération, et instaurer la rigueur dans la gestion quotidienne en vue de renforcer la gouvernance au sein des Etablissements publics de l’Etat (EPE).Convaincu que les EPE jouent un rôle primordial dans la valorisation de l’administration publique, le gouvernement a toujours consenti à ceux-ci une importante subvention, en hausse de 22% au titre de l’année 2010par rapport à 2009. Il s’agit ainsi d’appuyer les actions de ceux-ci dans l’amélioration du dialogue social et dans l’atteinte des objectifs de la Stratégie de Croissance accélérée et de Développement durable (SCADD).

Le bilan de la gestion 2010 des EPE est globalement satisfaisant, avec un taux de couverture des dépenses par les recettes de 121,43% pour l’ensemble des EPE ayant produit des rapports financiers, ce qui équivaut à une hausse de 14%.

Les recettes ont connu une augmentation de 16% par rapport à 2009 soit plus de 108 milliards de F CFA récoltés en 2010. Cependant, la variation des dépenses entre 2009 et 2010 se situe à 13%. L’autofinancement des EPE s’est également amélioré en passant de 30,26% en 2009 à 32,69% en 2010.

De l’analyse du rapport de synthèse il ressort que, de façon générale, les EPE ne se prennent pas encore en charge.  C’est pour cette raison, que les efforts doivent être poursuivis pour le renforcement de l’autonomie financière progressive, a rappelé Luc Adolphe Tiao.

Au cours de cette rencontre les participants vont examiner les rapports financiers de soixante six (66) EPE, pour l’année 2010.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre