Le maire de N’Djamena aux arrêts pour malversations financières.

167 0

Mardi en début d’après-midi, le maire de N’Djamena, première femme maire de cette municipalité, a été arrêtée par la police tchadienne et conduite à la maison d’arrêt de N’Djaména.

Avant elle, dans la même journée, Abdramane Khalifa Mohammad et Assane Abakar, respectivement receveur municipal, et directeur administratif et financier de la mairie, avaient été arrêtés.

Et pour cause, le 28 juillet dernier, une enquête diligentée par le ministère d’Assainissement public et de la Promotion de la bonne gouvernance a révélé un “trou” de 1,2 milliard de francs CFA dans les caisses de la municipalité.

Mme Marie-Thérèse Mbaïlemdana a été arrêtée sur la base de la loi n°004/PR/2000 du 16 février 2000 portant répression des détournements des biens et deniers publics, qui proscrit la mise en liberté provisoire. En 2010, son prédécesseur, Mahamat Zen Bada, a été emprisonné, à la suite d’un scandale financier. Suite à cet évènement, le président Idriss Deby Itno avait signé en janvier 2010, le décret de nomination de Mme Marie-Thérèse Mbailemdana  comme maire de N’Djamena.

Madame le maire et ses deux collègues ont été sommés de restituer l’écart financier non justifié, ainsi qu’une somme de 1,1 milliards représentant les retenues des charges sociales et des impôts que la mairie n’a pas versées depuis une dizaine d’années.

A l’origine de ces malversations, la mission a constaté une défaillance notoire au niveau de la comptabilité et des recettes municipales, le non-respect des normes de passation des marchés publics, le non-respect du circuit des recettes et dépenses, l’inexistence d’un registre d’inventaire des biens de la mairie, etc.

Agent B24

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre