Afriki djigui theatri, le pont de l’Afrique et de sa diaspora a Marseille.

186 0
 Arrivé à Marseille pour une coproduction avec un théâtre de la ville, Kèlètigui COULIBABY met en place, avec Naky Sy SAVANE, comédienne ivoirienne, un théâtre pour donner plus de visibilité aux créations artistiques africaines. Ce lieu devient de plus en plus une tribune des cultures du Monde Noir.
Au premier abord, Kèlètigui COULIBALY n’était pas destiné au métier de promoteur culturel. Il est d’abord directeur commercial d’une société ivoirienne qu’il quitte pour créer sa propre structure de communication dénommée “MAS Communication”. Cette structure devient la passerelle qui le mènera dans le domaine artistique. Il entreprend donc de créer un espace d’expression des artistes ivoiriens qui sont connus plus à l’extérieur qu’au sein de leur propre pays. Ce projet rencontrera l’assentiment de la Commission Européenne en Côte d’Ivoire. Cela le ménera à créer le “Réseau Akwaba” pour permettre aux artistes ivoiriens de mieux organiser leurs tournées. Ces activités le mèneront à Marseille où il sera obligé de s’établir suite au coup d’Etat qui est intervenu en 1999. Sur les bords de la Méditérranée, il entreprend de travailler avec des théâtres qui ne trouvaient pas nécessaire de programmer des spectacles africains, arguant que ce genre artistique ne rencontrait pas l’adhésion du public de la ville. Ces eccueils le pousseront à initier, en 2001, “Afriki Djigui Théâtri”, Djigui, signifiant “Espoir” du continent en langue bambara.
Itinérant à ses débuts, “Afriki Djigui Théâtri” est maintenant installé dans ses locaux, anciennement un atelier de fabricaction de lampes, sis au 27, rue d’Anvers 13004, Tram Longchamp, Métro 5 Avenues. En plus de sa salle, la structure organise un festival de cinéma dénommé “Miroirs et cinémas d’Afrique” et un festival de contes et des paroles de la diversité. Sur le site de Djigui, une radio accueille tous les visiteurs.
Armé d’une ferme volonté de promotion des arts du continent Africain et de sa diaspora, “Afriki Djigui Théâtri” fait face à de nombreux problèmes dont la rareté des financements. Pour pallier à toutes ces difficultés, il appartient aux africains de Marseille et à la diaspora de faire de ce lieu le miroir de leur culture.
Rialé

B24 Opinion

Les articles signés B24 Opinion sont la propriété de Burkina24 et soumis par nos lecteurs. Pour partager votre coup de gueule à publier sur Burkina 24 rendez-vous sur Coup De Gueule Coup De Coeur

Il y a 1 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre