Energie : vers une interconnexion Burkina – Ghana

240 0

Le Burkina Faso a un besoin sans cesse croissant en électricité pour combler l’insuffisance due à la faiblesse des ressources en la matière. En attendant l’évolution et la valorisation des énergies renouvelables, tous les voies et moyens sont explorés pour satisfaire la demande.

La demande en énergie croît chaque jour avec l’augmentation de la population, l’intensification des activités industrielles et socioéconomiques. Selon le ministre de l’Economie et des Finances, la consommation d’énergie moderne par habitant constitue un important indicateur de développement.

Le bilan énergétique du Burkina est caractérisé entre autres par une prépondérance de l’électricité d’origine thermique (88% de l’offre globale), une très forte dépendance aux hydrocarbures (faible valorisation des énergies renouvelables), un faible taux de couverture des besoins en électricité, un faible rendement des équipements utilisateurs d’énergie.

Conséquence, les coûts de l’énergie grimpent, la compétitivité de l’économie grève. Alors que le gouvernement entend relever le défi de la croissance et du développement durable, les délestages ont émaillé les dernières années au Faso. Avec l’entame de la mise en œuvre du nouveau référentiel de développement (la SCADD), le défi reste plus que jamais actuel et il est nécessaire de garantir une offre permanente d’électricité et à moindre coût.

En entendant le plein essor et/ou le concours des énergies alternatives, l’interconnexion demeure un palliatif intéressant. C’est à cet effet que s’est faite l’interconnexion avec la Côte d’ivoire et bientôt avec le Ghana à travers le Projet de Hub Inter Zones de transport (phase 1) du Pool énergétique ouest africain (WAAP).

Financé à hauteur de 8 milliards de F CFA par la Banque mondiale, ce projet va, à terme, selon le ministre de l’Economie et des Finances Lucien Marie Noël Bembamba, permettre de mettre en place une coopérative fonctionnelle capable d’assurer la fourniture d’électricité stable et bon marché aux populations de la zone CEDEAO.

Ce projet d’interconnexion avec le Ghana sera réalisé en plusieurs composantes entrant dans le cadre de l’efficacité de sa mise en œuvre. La construction d’une ligne de transmission entre Bolgatenga au Ghana et Ouagadougou au Burkina Faso matérialisera cette liaison électrique.

Il y aura le renforcement du réseau électrique du Ghana en vue de garantir la capacité de la source et assurer une fourniture permanente. Pour un souci d’équité, les localités traversées par la ligne seront électrifiées. Les services de supervision des travaux seront également fournis en électricité afin de leur permettre un meilleur fonctionnement.

Au-delà de tous ces aspects, le projet prend également en compte la nécessité de renforcer les capacités des sociétés nationales d’électricité du Ghana et du Burkina aux fins de parer à toute éventualité.

La mise en œuvre de la première phase de ce projet, prévue pour cinq (5) va contribuer à la réalisation de l’objectif de l’Etat d’atteindre 75% de couverture du territoire en électricité à l’horizon 2015.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre