Egypte – Israël, la tension monte

637 0

L’Egypte va rappeler son ambassadeur en poste en Israël et demander des excuses officielles à l’Etat hébreu, après la mort de cinq policiers égyptiens suite aux frappes de l’armée israélienne dans le Sinaï. Ces frappes sont la conséquence d’un triple attentat perpétré jeudi 18 août en Israël, causant la mort de plusieurs personnes. Egypte-Israël

Des manifestants ont demandé l’expulsion de l’ambassadeur d’Israël pour protester contre la mort des policiers tués à ‘’l’intérieur du territoire égyptien’’. Du côté des politiques, l’heure semble être venue de mettre en garde Israël sur ses agissements militaires.

L’Égypte a officiellement protesté vendredi auprès d’Israël conte le raid de Tsahal, demandant une enquête sur ces violences. Le Caire a également annoncé sa décision de rappeler son ambassadeur à Tel Aviv.

Le point de passage d’al-Oja, terminal servant au passage de marchandises entre l’Égypte et Israël, a été fermé jusqu’à nouvel ordre compte tenu de la situation, selon une agence de presse égyptienne. Gaza du Hamas pointé du doigt vit sous les bombardements israéliens.

Selon l’Etat hébreu, les terroristes se sont infiltrés dans son territoire via la frontière égyptienne. Accusée de laxisme par Israël, l’Egypte a donc entrepris de reprendre le contrôle du Sinaï et accroître son armée dans la zone pour fermer une entrée à d’éventuels terroristes.

La présence limitée de l’armée égyptienne a sans doute contribué à faire du Sinaï une zone de non-droit, lieu de tous les trafics, y compris celui des armes à destination de la Bande de Gaza, un point d’entrée pour des terroristes.

Le Conseil suprême des forces armées a besoin du feu vert d’Israël, l’Est du Sinaï étant une zone interdite à l’armée égyptienne en vertu du traité de paix. Après l’attaque, ces derniers mois par les extrémistes, de postes de police égyptiens et du gazoduc qui alimente Israël, l’Etat hébreu a finalement autorisé à l’Egypte, début août, d’envoyer des renforts près de la frontière. Les mille policiers et militaires et les nombreux tanks déployés n’ont pu empêcher les attentats de jeudi.

De nouveaux renforts sont jugés indispensables après les attentats d’Eilat et la résistance que les militaires rencontrent sur le terrain accidenté de la péninsule. Depuis la chute de Hosni Moubarak, l’activité des tribus rebelles bédouines et des groupes islamistes qui se revendiquent de l’idéologie d’al-Qaïda s’est accrue dans cette région du Sinaï.

L’offensive lancée par l’armée égyptienne pour la reprise du contrôle de la péninsule du Sinaï, une zone à risque entre Israël et l’Egypte, devrait être prolongée d’au moins un mois afin de ratisser le Gabal al-Halal. C’est une zone montagneuse servant de refuge aux extrémistes musulmans comme aux trafiquants de drogue et d’armes, ennemis d’Israël.



Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *