DAFANI revient de loin!

304 0

Après presqu’une année d’interruption de fonctionnement, DAFANI est à nouveau opérationnelle et on peut se procurer son jus de pure mangue aux quatre coins du Burkina.

Logo DAFANI

 

La société DAFANI SA, dont l’usine est installée à Orodara, est une entreprise de privés burkinabè qui s’est donnée pour objectif de promouvoir les ressources fruitières du Burkina Faso, notemment la mangue par son pure jus. Elle a ouvert ses portes en 2008, et a fait le bonheur des burkinabè. Mais cela n’a duré que deux années, même si la demande des produits DAFANI ne faisait qu’augmenter et les réseaux de distribution s’étendre. En effet en 2010 on apprenait avec effarement la fermeture de l’usine pour cause de difficultés financières connues par la société.

L’Etat burkinabè, sociétaire majoritaire de DAFANI.

Heureusement, l’année 2011 apportera de belles nouvelles pour les fans de DAFANI, car c’est reparti pour la production! Les problèmes n’ont certainement pas été des plus faciles à résoudre mais les finances de la société vont beaucoup mieux. Avec l’aide de financeurs et de sociétaires comme l’Etat burkinabè, l’usine a repris fonction et le jus peut à nouveau couler à flot! En effet l’Etat a versé dans le compte de DAFANI près de cinq cent soixante deux (562) millions de francs CFA pour permettre à l’usine de se remettre à niveau et de relancer les machines. Ceci porte à 42% la contribution de l’Etat, et le place au rang de porteur majoritaire dans la société.

DAFANI reste DAFANI

L’entreprise de transformation de mangue est “ressuscitée” autour de janvier 2011, avec toujours le même processus de fonctionnement. Elle emploie désormais cent quatorze (114) salariés, tous rangs confondus, et constitue un puissant levier de développement pour le pays. En effet, elle se sert uniquement de matière première locale, des mangues produites dans le Houet, la Comoé, le Kénédougou et la Léraba. Cela fait évidemment la joie mais surtout l’affaire des producteurs de mangues, qui ne voient plus leurs produits pourrir ou être bradés, faute de preneur.

Petite bouteille de DAFANI

DAFANI, d’abord pour les burkinabè

L’équipe manageriale de la société est confiante et souligne la grandeur de son potentiel. Pour le moment, elle produit en moyenne soixante-six mille (66 000) unités toutes les vingt-quatre heures, des unités d’un litre chacune. Et DAFANI SA rassure ses clients, cette production est en priorité vendue dans le Burkina Faso, la société n’en exportant qu’une petite partie seulement. Cette précision vient répondre aux consommateurs dont certains, ne voyant plus leur jus sur le marché courant 2010, se disaient qu’on préférait exporter pour faire plus de bénéfices… A cette époque, chacun cherchait une raison à l’arrêt brusque et inattendu de production, et beaucoup sont allés jusqu’à se dire que l’Etat burkinabè, ou du moins des gens haut placés ont tout fait pour couler la société et pouvoir la reprendre.

Nous retiendrons en tout cas que DAFANI SA souhaite un retour durable et définitif, et l’équipe manageriale promet: “Le burkinabè retrouvera le goût du naturel.”

Stella NANA

 

Il y a 1 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre