Diplomatie burkinabè : L’ambassadeur de Taïwan répond à Zéphirin Diabré

124 0

A travers une tribune intitulée “De la nécessaire refondation de notre diplomatie” de L’Observateur Paalga n°7954 du mardi 30 et mercredi 31 août 2011, Zéphirin Diabré, le président de l’UPC s’insurgeait, contre le choix des autorités burkinabè de rompre les liens diplomatiques avec la Chine populaire au profit de Taïwan. Il s’agissait selon lui de refonder la diplomatie burkinabè et trier sur le volet ses partenaires sur ce plan. La Chine populaire est la 2e puissance économique et financière du monde aujourd’hui.

Suite à votre article intitulé “De la nécessaire refondation de notre diplomatie” référencé ci-dessus, permettez-moi d’y apporter quelques observations.

Après la prise de fonctions de Son Excellence Monsieur MA Ying-Jeou, Président de la République de Chine (Taïwan) en mai 2008, les deux rives du Détroit de Taïwan ont cessé la lutte diplomatique. Les dirigeants de chaque partie ont eu le courage et surtout la sagesse de laisser de côté leur litige politique afin d’encourager davantage le développement commercial et culturel, de sorte que le volume du commerce entre les deux rives s’élève à plus de cent cinquante-deux (152) milliards de dollars américains en 2010, cela suite à la mise en œuvre d’une nouvelle politique pragmatique vis-à-vis de Beijing adoptée par le gouvernement taïwanais. Tous ces efforts déployés ont favorisé l’instauration de la stabilité et de la sécurité de l’Asie de l’Est. C’est un fait connu et reconnu par toute la communauté internationale.

En octobre 2011, nous célébrerons le Centenaire de la fondation de la République de Chine qui a connu des heurs et des malheurs tout au long de son histoire. Nous sommes pleinement conscients qu’il existe encore des différends entre les deux rives, en particulier sur le système politique. En fait, la différence fondamentale entre les deux rives est qu’à Taïwan, la démocratie est désormais enracinée dans la vie quotidienne. La preuve est que l’alternance politique a eu lieu au cours des années 2000 et 2008. Par contre, la Chine continentale est toujours gérée par un régime autoritaire où l’alternance politique et la liberté d’expression, qui sont deux idéaux chers à votre parti politique, sont étroitement surveillées voire  interdites. Ce qui est un fait indéniable.

Le Burkina Faso a établi les relations officielles avec la République de Chine un an après son indépendance en décembre 1961. Depuis 1994, l’année à laquelle nos deux pays ont renoué les liens diplomatiques, et ce, jusqu’à nos jours, le bilan de notre coopération dans divers domaines est jugé très positif et satisfaisant par l’ensemble de la classe politique du Burkina Faso. Le peuple burkinabè tire profit des fruits de cette coopération, sans que nos amis du Burkina Faso ne décrient haut et fort une quelconque «invasion chinoise» parue dans bon nombre de pays africains pour concurrencer leurs petits commerces de la place.

Il serait juste d’affirmer que l’émergence de l’économie de la Chine continentale est due en partie au moins à l’expérience taïwanaise pour faire développer ses entreprises, et moderniser les lois aux normes dans le monde, écourtant ainsi sa période de tâtonnement durant son développement national. De ce fait, la République de Chine (Taïwan) est tout à fait qualifiée pour être un partenaire durable et fiable du Burkina Faso.

Nous avons une grande estime pour l’amitié et le soutien du gouvernement burkinabè et de son peuple. Nous sommes également convaincus qu’un pays souverain comme le Burkina Faso ne se laisse jamais dicter ses actions et son choix des amis par un pays étranger, même s’il s’agit d’une grande puissance.

Afin de mieux connaître l’évolution en cours entre les deux rives, nous vous suggérons d’effectuer une visite d’information à Taïwan, et restons à votre entière disposition pour des informations supplémentaires.

Tout en espérant que vous tiendrez bien compte de nos observations, je vous prie d’agréer, Monsieur le Président, l’assurance de mes salutations distinguées.

 

Zhang Ming-Zhong

Ambassadeur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre