Les infrastructures : une des clés du succès pour les pays africains

106 0

 Dans le cadre de la promotion de son livre L’économie camerounaise – Pour un nouveau départ, le professeur d’économie TOUNA MAMA se plaisait à répéter que là où la route passe, le développement suit. Cette assertion, bien connue, nous paraît fort juste, car les infrastructures sont la base sur laquelle s’appuient les économies qui réussissent, à tout le moins, c’est une des clés de leur succès.

À travers quelques exemples, tentons de mesurer combien avoir des infrastructures de qualité peut durablement et radicalement transformer le mode de vie des gens, des entreprises et par conséquent de l’économie.

TGV Shangai-Pékin

En juin dernier, l’on nous a annoncé qu’un TGV allait, à compter du 1er juillet 2011, relier Shangai à Pékin. Ce train, qui reliera les capitales politique et économique de la Chine, effectuera un trajet de 1318 kilomètres en 4h48 minutes. Reprenant un communiqué de Xinhua, le Ministère du Commerce chinois (MOFCOM) nous indique que «pour le train roulant à 300 km/h, les tarifs varient entre 555 yuan (85,6 dollars) en seconde classe et 1 750 yuan en classe business ». S’appuyant sur une dépêche de l’AFP, L’express.fr signale que ce sont près de 80 millions de personnes qui emprunteront cette ligne chaque année. Vous imaginez les impacts en termes de sécurité, en termes de protection de l’environnement, en termes de productivité (gain de temps par rapport à un voyage en voiture par exemple) que ce moyen de transport aura sur 80 millions de personnes? Mentionnons au passage que ce nombre représente la moitié de la population nigériane, et près de 4 fois celle du Cameroun ou de la Côte d’Ivoire.

Internet dans les bus pour Montréal-Québec

Depuis plusieurs mois maintenant, en empruntant la compagnie Orléans Express, on a droit à Internet sans fil, notamment pour le trajet Montréal-Québec. Bien que travailler avec un véhicule qui se déplace ne soit pas évident, il est clair que c’est un service, une valeur ajoutée fortement appréciée. Il me semble que ce service peut aider un client à emprunter l’autobus plutôt qu’un service de covoiturage même si la différence de prix peut être de 1 pour 3. Les infrastructures du pays permettent donc aux usagers d’avoir accès au sans-fil durant ce voyage; ils peuvent ainsi pour les étudiants profiter de 3 h (ou 6h si aller/retour) pour réviser leurs notes ou finir des travaux. Pour un professionnel ou un homme d’affaires, c’est l’occasion de préparer sa réunion qui aura lieu à Québec ou Montréal ou participer à une réunion de travail virtuelle. Sans compter que pour d’autres encore, cela permet d’avoir plus d’options de distractions.

Tourisme d’affaires

Le gouvernement du Québec a dernièrement annoncé le financement à hauteur de 36 millions de dollars pour l’agrandissement du Centre de Congrès de la ville de Québec. Nul doute que cet espace qui permet d’accueillir les évènements, parmi les plus prestigieux au monde, augmentera sa côte sur le marché. C’est un exemple intéressant, car on voit comment une ville, une province s’arme et se modernise pour se positionner dans le tourisme d’affaires. Beaucoup de pays africains désirent faire du tourisme un des piliers de l’activité économique. Mais pensent-ils à l’infrastructure hôtelière nécessaire? Leurs sites patrimoniaux sont-ils suffisamment accessibles?

« Infrastructure humaine »

Plusieurs spécialistes et penseurs du management s’offusqueraient sans doute de cette expression, mais le propos est simple : l’Afrique saura-t-elle, alors qu’elle sera, vers 2040, un des réservoirs de la force de travail du monde, former ses enfants pour gagner la mondialisation économique?

Les conséquences sur l’économie

Même si les populations africaines n’en mesurent pas les effets immédiatement, elles devraient apporter leur soutien à l’action gouvernementale – en autant que cet argent ne soit pas détourné – car les infrastructures sont la base du développement. Elles aident à :

Améliorer la compétitivité

  • Bonifier l’attractivité du territoire
  • Moderniser l’économie
  • Et accroître les capacités productives du pays. Le Cameroun, par exemple, doit multiplier son offre énergétique s’il veut être à même de produire plus d’aluminium. Il doit par ailleurs construire un nouveau port – ce sera le cas de Kribi – s’il désire accueillir des bateaux de 100 000 tonnes.
Crédit photo: hamouda
Serge Tchaha
Afrique Expansion

Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre