Fait divers : Soyez vigilants si madame hait votre ami !

514 0

L’amitié, quoi qu’on dise, reste une opportunité humaine qui ne peut disparaître, et les coups-bas qui la jalonnent continueront de faire des victimes. En tout cas Victor ne dira pas le contraire, et pour cause !

Un mari cocufié. Image: gabao
Un mari cocufié. Image: gabao

« Victor, j’ai une antipathie naturelle pour ton ami. J’ai tout fait pour le respecter comme je le fais avec tes autres amis, mais je n’ai pas pu ». « Rose, fais toujours un effort, souviens-toi que François est celui en qui j’ai le plus confiance parmi mes amis ». Ces propos sont d’un couple, Victor et Rose, au sujet de François, un ami de longue date de monsieur. Rose avait feint de ne pas aimer le crâne de François ; pourtant, ils étaient des amants qui se sont toujours rencontrés dans une chambre de passe du quartier. Très modeste, Victor a su se faire de la place au soleil malgré ses capacités intellectuelles très limitées. Si tous ses amis le fréquentaient pour service  rendu, François lui, c’était pour abuser de sa femme Rose.

Les manèges amoureux

Contrairement aux autres amis de Victor qui étaient bien accueillis par Rose, François était chaque fois reçu à la porte par elle. En réalité, à chaque fois que François se rendait chez son ami, pardon! son rival Victor, la femme de ce dernier se retirait de la concession pour soi-disant  «ne pas voir le crâne » du visiteur. Pourtant, en toute sincérité, Rose mourait d’amour pour François. Elle ne pouvait même pas s’empêcher de se frotter à François une fois qu’ils se trouvaient ensemble et seuls. La seule façon pour elle d’éviter de s’approcher de François en présence de Victor, c’était de se retirer de la concession pour l’attendre dans une cour non loin.  Cette cour n’est autre que leur lieu habituel de rencontre. Ainsi, François s’asseyait quelques minutes et demandait la route à son ami. Car, dit-il, « je ne veux pas que notre chérie reste longtemps dehors ». Il s’était lui aussi appuyé sur le semblant comportement de Rose pour convaincre son ami du fait que Rose ne voulait pas le sentir. En bon ami, qui malheureusement est cocufié par les deux, Victor faisait tout pour les rapprocher. Mais Rose était catégorique. Ne dit-on pas qu’on ne peut pas forcer à boire un âne qui n’a pas soif ? Ainsi, grâce à ce comportement de Rose, Victor n’a pu savoir que François lui “tapait dans le dos” comme dit le groupe musical Magic Système de la Côte-d’Ivoire. Il a fallu la sagesse de l’oncle de Victor pour que le manège des deux soit mis à nu.

La preuve

« Tous les jours appartiennent au voleur, un seul jour au propriétaire ». Ce dicton populaire va se justifier pour Rose et François qui se croyaient plus malins que tous. Par sagesse et grâce à son intuition, l’oncle de Victor lui avait dit d’être vigilant vis-à-vis du comportement de Rose envers son ami. De prime abord, Victor avait mal apprécié ce conseil de son oncle.  Mais en neveu poli, il a accepté ce conseil avunculaire sans autre procès. C’est ainsi que, ce jeudi 1er septembre 2011, Rose s’était retirée pour attendre son François au lieu habituel. Ce qu’elle ne savait malheureusement pas c’est qu’une des sœurs de son mari la suivait de près, et cela sur conseil du même oncle. Confiante de leur plan et la nuit aidant, Rose ne pouvait pas imaginer que quelqu’un la suivait. Mais hélas ! Comme d’habitude, François, dès que son ami Victor l’a raccompagné, a pris un six mètre du quartier pour rejoindre Rose qui l’attendait impatiemment. Dès que la sœur de Victor l’a vu rejoindre Rose, elle a immédiatement informé  au téléphone son frère cocufié. Victor l’a donc rejointe au lieu indiqué. Après satisfaction de leur libido, ils ressortaient de la chambre en se tenant par la main. C’est à ce moment que Victor et sa sœur les arrêtent. Sans faire un  scandale, Victor a seulement demandé à son épouse infidèle de quitter son domicile pour rejoindre Victor. Depuis cette nuit, François n’a plus mis pied chez Victor et Rose non plus n’a pas intégré son foyer. Une histoire qui recommande vraiment la vigilance car, dit-on, « la confiance n’exclut pas le contrôle ».

Boroma

 

 



B24 Opinion

Les articles signés B24 Opinion sont soumis par nos lecteurs et/ou des libres penseurs et n'engagent que la responsabilité de leurs auteurs.

Article similaire

Il y a 1 commentaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *