Le panel à l'ouverture de la convention nationale de HBFE

Entrepreneuriat des jeunes : un sujet au cœur de la convention nationale de “Harambe Burkina Faso Eveil”

334 2

La maison de l’entreprise a accueilli ce matin la première convention nationale de “Harambe Burkina Faso Éveil”, autour du sujet de l’entrepreneuriat des jeunes au Burkina Faso. Au cœur de cette convention également, un projet de renforcement des capacités entrepreneuriales des jeunes.

Le panel à l'ouverture de la convention nationale de HBFE
Monsieur Tertius ZONGO à l'ouverture de la convention nationale de HBFE. Ph. B24

Le chômage des jeunes diplômés se présente comme un défi non plus seulement pour les autorités mais également pour les jeunes concernés. Et c’est comme pour répondre à un tel défi  que l’on doit considérer les initiatives relatives à l’auto emploi ou à l’entrepreneuriat des jeunes. Parmi ces initiatives, il y a celle que portent des jeunes professionnels et étudiants burkinabè, d’ici et de la diaspora, au sein de leur organisation, « Harambe Burkina Faso Éveil » (HBFE). La convention nationale qu’elle organise et qui a bénéficié de la présence du parrain, Monsieur Tertius Zongo, ancien premier ministre, a été l’occasion pour HBFE de se faire connaitre par les jeunes et de jeter du même coup les bases de son projet de renforcement de capacité des jeunes. Tout un programme et de grandes ambitions dans l’objectif d’encourager les jeunes burkinabè à créer leurs propres entreprises, convaincu que l’entrepreneuriat des jeunes est une solution au chômage et participe du développement du pays. D’où d’ailleurs le thème autour duquel se tient cette première convention : « l’entrepreneuriat : une alternative qui a fait ses preuves, un état d’esprit ! ».

Pour le parrain, l’ancien premier ministre Tertius ZONGO, avec qui les jeunes ont eu un moment d’échanges, il faut parvenir à déconstruire les préjugés qui veulent que l’on ne réussissent dans notre pays qu’en ayant de «bras longs ». C’est en ce sens qu’il a salué l’initiative, innovante et convaincante en ce sens qu’elle vise la promotion de l’entrepreneuriat et le travail en réseau, toute chose qui a fini par emporter son adhésion. En lieu et place d’un discours d’ouverture auquel il a préféré une approche anglo-saxonne, plus interactive, l’ancien premier ministre s’est remis dans sa peau de l’économiste et avec la verve que l’on lui connaît, pour  prodiguer conseils et encouragements aux jeunes participants et donné quelques pré-requis dans le domaine de l’entrepreneuriat . Car, reconnait-il, « l’auto-emploi n’est plus un choix ». C’est une nécessité qui s’impose dès lors que l’Etat ne peut plus employer tous les diplômés.

La convention devrait permettre, comme le souhaite le secrétaire exécutif de HBFE Zoromé Abdoulaye, de rencontrer des jeunes, venus des universités et instituts supérieurs du Burkina et du club des entrepreneurs du Burkina Faso, et qui pourront bénéficier du renforcement de leurs capacités entrepreneuriales. Au cours de cette convention,  les participants bénéficieront de communications sur le thème général, mais également sur les cadre et outils de création et de financement d’entreprises. Ces jeunes, potentiels entrepreneurs, ont également rendez-vous avec des modèles d’entrepreneurs pour renforcer la conviction leur jeunes, à travers notamment des expériences et « succes stories ».

 

A propos de “Harambe Burkina Faso Éveil “
Présentation de HBFE
Le secrétaire exécutif présentant l'organisation aux participants

Harambe Burkina Faso Eveil est une organisation à but non lucratif, de création assez récente. Elle a tenu son assemblée générale constitutive en février dernier. L’organisation est une branche nationale d’un mouvement plus global d’étudiants et de jeunes professionnels africains, « Harambe Entrepreneur Alliance ». et pour répondre à un défi local, Harambe Burkina Faso Eveil a pour ambition de s’attaquer au chômage des jeunes diplômés avec les armes de l’auto emploi et de l’entrepreneuriat des jeunes. Cette ambition, l’organisation entend la réaliser en privilégiant le travail en réseau, d’où le terme Harambe, un mot Swahili qui signifie « travailler ensemble comme un ».

 

 

Justin Yarga

Journaliste web qui teste des outils de Webjournalisme et datajournalisme, Media strategy consultant.

Il y a 2 commentaires

  1. Tres belle initiative, merci de prendre en compte les leaders d’association des jeunes en compte pour les atelier de reflexion. Nous sommes diponibles a vous accompagner pour l’autopromotion des jeunes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre