Groupe Tan Aliz, les travailleurs sont mécontents

393 0

Les travailleurs de la société de transformation du cuir du Burkina Faso, Tan Aliz ont procédé à une cessation de travail  de 48 heures pour compter du mardi 13 septembre 2011, pour disent-ils exiger de meilleures conditions de travail.

Les employés de cette société reprochent à la direction de ne pas respecter le protocole d’accord portant sur la mise en vigueur du règlement intérieur conforme aux lois, et sur les garanties de conditions de travail adéquates.

Selon le délégué CGT-B / Tan Aliz, Jean de Dieu Kafando, les agents travaillent sans protection dans cette société et en contact avec des produits chimiques qui peuvent être nocifs pour leur santé. Il y a également le non respect du décret gouvernemental de 2008, portant augmentation du salaire de 8%, selon les frondeurs.

Entre autres revendications de ces employés en grève, l’arrêt des coupures de 5%, 10% et 15% sur les salaires, l’acquisition des 13e mois de salaire de 2009 et 2010, l’application effective du procès verbal d’accord partiel de 2004 à l’inspection, la restitution et le rappel des augmentations de salaires des 8%.

Les travailleurs de la société dénoncent aussi les intimidations, les mises sur pieds, les licenciements abusifs et mises au chômage technique dont ils sont souvent victimes de la part de la PDG, Alizeta Ouédraogo (Alizet Gando) ironiquement appelée la ‘’belle-mère nationale’’.

Cette action sonne comme un avertissement à l’endroit du patronat selon les meneurs qui entendent durcir le ton si rien n’est fait dans le sens de la satisfaction de leurs doléances.

On se rappelle également, que les habitants de Kossodo, zone industrielle où est installée une des deux branches de la société, n’ont cessé de plaindre des odeurs pestilentielles produites par les travaux de tannage de peaux de l’usine.

En rappel, le groupe TAN ALIZ a commencé en janvier 2000 suite à la fusion de deux sociétés avec un capital de 2 milliards de FCFA : SBMC (Société Burkinabé de la fabrication du cuir) et SBCP (Société Burkinabé Cuirs et peaux).

Ses exportations sont axées sur l’Europe : Italie, Espagne, France, Pays-Bas. On peut également retenir certaines destinations même épisodiques (Nigeria, Chine, Inde, Turquie, Pakistan, Chypre, Brésil). La société emploie environ 230 personnes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre