Région de la Boucle du Mouhoun : deux frères foudroyés pour avoir volé.

348 0

Pélé et Adama sont deux frères nés de même parents. Ils sont morts le même jour dans leur champ suite à un foudroiement. Pélé et Adama laissent derrière eux quatre veuves et des enfants inconsolables.

La foudre. Ph. radijunior.com
La foudre. Ph. radijunior.com

En cette campagne hivernale finissante, tout le village de Diontala (leur village d’origine) se plaît malgré tout à raconter le sort des deux frères. Tout serait parti du vol de la motopompe d’un vieil homme en la personne d’Oumar. Ce dernier ayant constaté le vol de sa machine dans son champ, a immédiatement rendu compte au chef du village. A son tour le chef du village informe la population par les services du crieur public. Un délai de deux semaines aurait été donné au voleur pour qu’il ramène la machine  du vieil homme. Passée cette date, il « confierait » sa plainte à la foudre pour retrouver et sanctionner le voleur.

Les deux semaines sont passées et personnes n’est venue voir le chef, encore moins Oumar le propriétaire. Un autre délai a été fixé par le plaignant. Là encore, personne n’a fait signe au chef ni au plaignant. C’est ainsi qu’il a demandé l’autorisation auprès du chef pour provoquer la foudre. Une autorisation qui lui a été donnée par le chef sans protocole. Il faut préciser que le vieil homme avait eu la motopompe après avoir vendu un de ses bœufs de trait. Et le vol de cette machine était le deuxième cas de vol connu par lui. Il aurait été, par le passé, victime du vol de son appareil pulvérisateur dans le même endroit. C’est pourquoi il a eu du mal à pardonner cette fois-ci.

Volée courant juillet 2011, la motopompe d’Oumar a été vendue par les deux frères en présence d’une tierce personne. Et c’est toujours en présence de cette dernière que la foudre les a brûlés, le 18 août 2011. D’ailleurs, c’est cette personne qui a rendu compte après leur foudroiement.  Les deux corps ont été inhumés à l’orée du village comme le veut la tradition locale, et cela après le constat d’usage de la gendarmerie de Kouka, chef-lieu du département dont relève le village de Diontala. Cette histoire rappelle combien certaines pratiques, sinon des croyances en Afrique, demeurent une réalité malgré le poids du modernisme.


 

boroma

daosouro

Il y a 1 commentaire

  1. La col?re rend l’homme capable de r?agir quel quand soi sans arri?re passer.il le vieux avais pu support?,on dit tout les jours pour le voleur et un jour pour le propri?taire.le voleur reste tjr voleur et derri?re les gens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre