Championnat des moins de 15 ans : pour une préparation de la relève

643 0

La Fédération burkinabè de Football (FBF) a décidé d’organiser, pour la saison 2010-2011, le championnat national des moins de 15 ans. Une initiative qui devra permettre d’assurer la relève des Etalons des moins de 17 ans, champions d’Afrique de cette catégorie lors de la Coupe d’Afrique des Nations (CAN) au Rwanda en janvier 2011.

La compétition des petites catégories permettra une meilleure détection des talents (ph.Burkina24)

Enfin un championnat des petites catégories. Annoncé pour la fin du mandat de Zambendé Théodore Sawadogo, il est devenu maintenant une réalité. Le championnat des moins de 15 ans a commencé depuis le 10 septembre 2010 d’abord dans la zone de l’ouest. Si celui concernant la zone du centre commence ce samedi 17 septembre 2011, il faut dire que mieux vaut tard que jamais. 21 équipes se sont inscrites pour prendre part à ce premier championnat. Longtemps réclamé, ce championnat va permettre de préparer la relève du football burkinabè. Lors de la Coupe du monde des moins de 17 ans tenue au Mexique cette année, le constat est que l’équipe burkinabè malgré son titre de championne d’Afrique a manqué de rythme devant des équipes comme l’Allemagne, le Panama et l’Equateur. L’encadrement technique a accusé l’absence de championnat des petites catégories pour expliquer cette contreperformance.

Ce championnat va permettre une meilleure détection des joueurs qui devraient intégrer la prochaine équipe nationale des moins de 17 ans et défendre le titre de champion d’Afrique. A travers cette compétition, ces jeunes joueurs pourront acquérir l’esprit de compétition et d’endurance.  Le reproche fait aux équipes africaines est leur manque de culture tactique. La formation des encadreurs de jeunes footballeurs ayant précédé ce championnat, les encadreurs auront ainsi l’occasion de mettre en pratique les connaissances acquises lors des différents stages. Ce qui devra permettre d’inculquer une culture tactique aux enfants.

Cette compétition qui vient de voir le jour facilitera le travail de l’encadrement technique. Ils ne seront plus obligés de se promener dans les centres de formation pour selectionner des joueurs ou en se basant souvent que sur des matches amicaux, car comme on le dit, un match amical ne remplace par un match officiel. Le coach aura donc l’occasion de voir les joueurs en situation de compétition. En plus, il permettra de détecter et  de suivre la progression des talents tout en contribuant à les faire progresser. La plupart des joueurs des Etalons cadets sont issus des centres de formation. Les encadreurs de jeunes sont également les grands gagnants car cela leur permettra de mettre en pratique leur connaissance, de jauger leur niveau par rapport aux autres afin de s’améliorer.

Cependant, certains clubs de la capitale Ouagadougou ne se sont pas inscrits dans ce championnat. On s’attendait à un engouement autour de cette compétition mais ce n’est pas vraiment le cas avec seulement 21 équipes engagées. Cela peut paraitre beaucoup mais compte tenu du nombre de clubs existants au Burkina, le nombre d’équipes participantes est peu. En plus, la FBF n’a pas permis aux centres de formation non affiliés à un club de prendre part à ce championnat des jeunes.

Si cette règle s’inspire de celle des championnats européens, il faut quand même noter que c’est une chance pour le Burkina d’avoir des centres de formation de football. Il ne sert à rien de forcer les structures à s’affilier à une équipe avant de participer à un tournoi de ce genre même si les centres de formation sont censés produire des joueurs pour les clubs. Cela pourrait empêcher d’autres promoteurs de mettre en place des centres et des écoles de football. La FBF devrait plutôt songer à intégrer ces structures dans les championnats de petites catégories sans passer par des protocoles. Certains pourraient se cacher derrière le nom d’un club fictif.

Depuis l’annonce de cette interdiction, des clubs ont commencé à se créer sans forcement s’affilier à ceux existant. La FBF pourrait au cas contraire, aider à créer un championnat dédié uniquement aux centres de formation. Ce qui va permettre aux joueurs issus de ces structures d’êtres compétitifs. Jusqu’à preuve du contraire, les meilleurs joueurs du Burkina à l’heure actuelle sont  passés par des centres de formation. D’ailleurs, 95% des champions d’Afrique sont issus des centres de formation.

Commencer par un championnat des moins de 15 ans est une bonne chose mais il faudrait songer à organiser des championnats pour d’autres catégories notamment les moins de 17 ans, de 20 ans et des moins de 21 ans. En plus de cela, un championnat de réserves fera du bien au football burkinabè.

Boukari Ouédraogo



Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *