Politique/Mali: De la commission de l’UEMOA au palais de Koulouba?

349 0
Ph. Album photo Soumaila Cisse

Les élections présidentielles qui s’annoncent au Mali présenteront plus d’un élément d’intérêts. Comme on le sait déjà, le président sortant n’est pas sur la liste des candidats, qui se précise au fur et à mesure qu’approchent les échéances électorales de 2012.

Le fait que le président ATT se résigne au respect de la constitution, qui l’empêche de briguer un troisième mandat, présage un processus démocratique avec des chances de réussite, toute chose qui pourra confirmer le bon exemple de ce pays en matière de transition démocratique. Au jour le jour, ce processus se dessine avec ses hommes qui se mettent en orbite. Il n’y a pas longtemps, l’ancien premier  ministre Modibo SIDIBE, après avoir quitté le gouvernement, a démissionné de la police et pour beaucoup, cette disponibilité du proche du président sortant lève un suspens et précise des intentions. C’est dans cette ambiance qu’intervient, comme on devait s’y attendre, l’investiture de Soumaïla CISSE pour l’élection présidentielle.

Soumaïla CISSE est une personnalité connue des Burkinabés et de la sous-région depuis qu’il est à la tête de la commission de l’UEMOA, dont notre capitale abrite le siège. Mais surtout et avant tout, il est connu sur la scène politique malienne pour avoir un parcours politique riche. Les maliens retiennent de lui notamment qu’il est arrivé deuxième aux élections présidentielles de 2002, remportées au second tour par l’actuel président. Un parcours riche que sa carrière dans les institutions et organisations d’intégration sous-régionales ne cache pas. En effet, Soumaïla CISSE, dont le mandat à la tête de la commission de l’UEMOA a pris fin en principe fin août, est  également le président du deuxième parti du Mali, l’Union pour la République et la Démocratie (URD), qu’il a créé en 2003. C’est au nom de ce parti fortement représenté à l’Assemblée nationale qu’il  briguera la présidentielle de 2012. Dans une biographie faite de lui par Afrique express.com, il est vu comme « un politique de haut niveau, la tête bien pleine, avec qui il faudra compter pour le futur ».

En acceptant et en accueillant « en toute humilité » le choix des militants ce dimanche au cours de la conférence de l’URD, Soumaïla se lance dans une course avec pas moins d’une vingtaine de concurrents.

Justin Yarga

Journaliste web qui teste des outils de Webjournalisme et datajournalisme, Media strategy consultant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre