Malades mentaux de Bobo-Dioulasso : un homme s’engage à les guérir tous.

725 0

Le nombre très élevé (près de 800 personnes) des malades mentaux  errant de la ville de Bobo-Dioulasso a indigné Salif Sawadogo, qui a pris l’engagement avec la marie de la cité, de les guérir tous. Ce mercredi 21 septembre 2011, il a officiellement présenté aux autorités communales 5 anciens malades mentaux qu’il a effectivement guéris sur les 19 récupérés le 24 août 2011 dans des rues de la cité.

Quatre des cinq anciens malades errants de la ville de Bobo-Dioulasso qui ont recouvré la santé. Ph. B24
Quatre des cinq anciens malades errant de la ville de Bobo-Dioulasso qui ont recouvré la santé. Ph. B24

En l’absence du maire de la commune de Bobo-Dioulasso, c’est sa première adjointe, Assita Ouattara qui a reçu Salif Sawadogo le guérisseur et toute l’équipe qui l’accompagnait. Après l’accueil d’usage,  Seydou Traoré greffier en chef, informe les autorités communales du pourquoi de la présence de Salif et son équipe. « Nous sommes venus remettre les 5 malades mentaux qui ont recouvré leur santé », a confié monsieur Traoré. Il faut préciser que c’est grâce à l’intervention de ce dernier, que la gendarmerie, la police et bien attendu la mairie avaient coopéré avec Salif Sawadogo pour l’envoi des 19 malades errants sur son site de guérison. C’est pourquoi, après guérison des 5, le greffier en chef est présent pour les présenter à la commune. Choqué par le nombre élevé des malades errants dans la cité, et compte tenu du fait que beaucoup parmi eux se promènent dans la tenue d’Adam et Eve, Salif s’est proposé de les guérir tous. « J’ai été doté d’un pouvoir divin.

Salif Sawadogo, l’homme qui a pris l’engagement de guérir les malades errants de Bobo-Dioulasso. Ph. B24
Salif Sawadogo, l’homme qui a pris l’engagement de guérir les malades errants de Bobo-Dioulasso. Ph. B24

Personnellement, je ne peux pas dire comment j’arrive à le faire. Mais, une fois qu’ils sont auprès de moi, Dieu me guide sur ce qu’il y a lieu de faire et beaucoup sont guéris », a confié le guérisseur. Interrogés, les anciens malades mentaux se sont bien présentés à nous. C’est -à-dire nom et prénom, ainsi que leur quartier dans la ville de Bobo-Dioulasso. Très émue par l’acte du guérisseur, la première adjointe l’a assuré de la disponibilité de la commune à l’appuyer dans sa tâche. « Guérir une personne qui souffre d’une maladie mentale, c’est lui donner une seconde chance dans sa vie », a souligné la première adjointe au maire de la commune de Bobo-Dioulasso.

Salif Sawadogo soigne gratuitement ses patients, car dit-il, « c’est un don de Dieu et je ne peux le vendre en aucun cas ». Salif soigne d’autres malades qui ne sont pas de la ville de Bobo-Dioulasso. Il compte plus de 200 patients sur son site.  Après guérison, certains anciens malades mentaux se sont mariés entre eux.  Et plusieurs ont décidé de resté auprès du guérisseur installé à Houndé, ville située à une centaine de kilomètres de Bobo-Dioulasso. La seule chose demandée par le guérisseur est un soutien alimentaire car tout seul, il ne peut pas restaurer plus de 200 personnes.

Boroma

boroma

daosouro

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *