Elections couplées de 2012 : Le groupe ADJ accorde son soutien à la CENI

394 0
Le député-maire Arba Hama Diallo, président du groupe parlementaire ADJ Ph: Linkages

A la queue leu-leu, les groupes parlementaires organisent leurs deuxièmes journées parlementaires. A la suite des groupes CFR et CDP, le groupe parlementaire Alternance-démocratie et justice (ADJ) a ouvert les siennes ce vendredi 23 septembre pour les refermer le 24. Les élections couplées sont au menu, et le groupe accorde d’ores et déjà son soutien à la nouvelle équipe de la Commission électorale nationale indépendante (CENI).

Les députés du Groupe parlementaire ADJ ont décidé de tenir leurs deuxièmes journées parlementaires sur le thème « Elections couplées de 2012 : quelles précautions pour assurer un scrutin libre, équitable et transparent ? » Le principal instrument de ces élections est sans doute la CENI. Pour Arba Hama Diallo, le président du groupe parlementaire qui compte dans ses rangs le chef de file de l’opposition politique, le peuple burkinabè et la classe politique fondent beaucoup d’espoir en la nouvelle équipe de l’institution.

Mais le Groupe, à travers la voix de son président, a voulu affirmer son soutien à la CENI : « Elle pourrait d’ores et déjà compter sur le soutien de notre Groupe parlementaire pour la réussite de sa mission”, a déclaré l’ancien fonctionnaire international. Aussi, il a souhaité que la « conscience professionnelle » et le « travail bien fait » soient la boussole de Me Barthélémy Kéré et son équipe pour relever le défi d’une élection, première du genre au Burkina.

Une probable commission d’enquête parlementaire sur les « djembés » de Bourgi

L’affaire Robert Bourgi, selon laquelle de fameux djembés bourrés de 3 millions de dollars US auraient été transmis par le président Blaise Compaoré à Jacques Chirac au temps où il était président français, a retenu l’attention du député-maire Arba Diallo dans son discours d’ouverture : « Si les accusations sont avérées, nous aurons droit à des explications et nous aurons le droit de demander l’origine des fonds transférés à Paris », a laissé entendre l’actuel président du Groupe ADJ. Il n’exclut pas qu’une commission d’enquête parlementaire soit constituée lors de la session ordinaire de l’Assemblée nationale, qui s’ouvre le mercredi 28 septembre prochain. Cela pourrait être une certitude, à entendre le député-maire de Dori.

La crise socio-politique s’est aussi invitée à l’ouverture de ces deuxièmes journées de travaux du groupe ADJ. Parlant au nom de ce dernier, Arba Diallo estime « qu’il serait hasardeux de tirer des conclusions hâtives sur cette crise », se référant au point de vue des autorités qui ont déclaré que la crise est « derrière nous ». Il propose qu’une « réflexion sérieuse » soit menée par l’ensemble des Burkinabè « sans exclusion » pour « rétablir la confiance perdue ».

Pour en revenir au thème des deuxièmes journées, qui sera justement l’objet d’une communication donnée par le très connu et estimée Pr Luc Marius Ibriga. Le président a émis le vœu que les conclusions qui en émaneront soient utiles surtout à assurer des élections couplées « libres, équitables et transparentes acceptées par tous ». Pour lui, « c’est une condition impérative pour une paix durable dans notre pays ».

Abdou ZOURE

Abdou Zouré est le rédacteur en chef de Burkina24.

Il y a 1 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre