Assemblée consulaire de la Chambre nationale d’Agriculture, une personnalité juridique et une autonomie de gestion pour plus d’efficacité

479 0

Ce vendredi  23 septembre 2011  a eu lieu, dans la salle de conférence du ministère de l’Agriculture et de l’Hydraulique, une cérémonie d’installation des membres de l’Assemblée consulaire de la Chambre nationale d’Agriculture du Burkina Faso. Cette cérémonie a connu la participation de plusieurs personnalités du monde diplomatique et du monde agricole notamment.

Le bureau exécutif entrant de la Chambre nationale d'Agriculture. Ph. B24
Le bureau exécutif entrant de la Chambre nationale d'Agriculture. Ph. B24

La cérémonie était présidée par le ministre de l’Agriculture et de l’hydraulique, en compagnie de ses homologues des ressources animales, du commerce et de l’industrie, ainsi que du ministre délégué chargé de l’agriculture, et du Secrétaire général du ministère hôte.

Bilan de la mandature passée

Cette cérémonie, qui a consacré l’installation officielle de la Chambre nationale d’Agriculture, a été l’occasion pour le président du bureau sortant de dresser un bilan succinct des cinq années qu’il a passées à la tête de cette institution. Il a affirmé que ce mandat passé, était celui de l’apprentissage et de l’ancrage institutionnel pour cette jeune institution qu’est l’assemblée consulaire des chambres nationales d’Agriculture. Au titre des acquis, ce dernier a mentionné le rayonnement des CRA du Burkina au plan sous régional avec la présidence actuelle, par le bureau national du Burkina, du Réseau des Chambres d’agriculture d’Afrique de l’Ouest (RECAO). Pour ce qui est des insuffisances, il a relevé le manque de visibilité des CRA aux niveaux, villageois, départemental, et provincial, du fait de l’absence de coordination et de représentation des CRA à trois niveaux. En guise de recommandations  à ses successeurs, il a souhaité que ceux-ci mettent à profit le nouveau statut de l’assemblée, à savoir celui d’institution jouissant de la pleine capacité juridique et de l’autonomie de gestion, au profit de l’ensemble de la profession agricole.

Contexte, missions et attributions

Les assemblées consulaires des chambres régionales d’Agriculture ont trois missions essentielles, à savoir la représentation et la concertation de tous les agriculteurs, et l’interpellation des autres acteurs. La deuxième mission dévolue à cette institution est l’information et la formation des agriculteurs pour leur réelle professionnalisation. Enfin, il y a la promotion et l’appui à la réalisation de projets de développement et à la structuration des producteurs.

Le monde agricole est divers et varié. Ce qui est un atout s’est révélé une faiblesse, au regard de la désorganisation qui constitue un frein à l’épanouissement de ce secteur qui emploie plus de 82% de la population et contribue pour 40% au PIB national. Cet état de fait a conduit le gouvernement, au regard des besoins également exprimés, à initier le processus de création d’un cadre représentatif de la diversité agricole. L’aboutissement de ce processus en 2004 a été l’avènement des chambres régionales d’agriculture dans le paysage institutionnel du Burina.

La professionnalisation du monde agricole au Burkina est une nécessité vitale pour l’économie. Et, malgré tous les efforts fournis par les différents acteurs tant au niveau gouvernemental qu’à celui des producteurs, des insuffisances demeurent. La bonne collaboration  entre ministère de l’Agriculture et ministère du commerce augure des actions fortes et concrètes en faveur du développement rural du Burkina.

Il est à noter que l’élection de la nouvelle  assemblée consulaire, a suscité un grand engouement au sein du monde paysan, ce qui a parfois fait craindre le pire, notamment des affrontements. Mais la sagesse a prévalu de part et d’autres, ce qui a permis la mise en place sereine de cette assemblée. L’innovation dans le processus de mise en place de ladite assemblée a été la caution apportée par le ministère de la justice, à travers la présence de magistrats lors des élections. Toute chose qui est gage de bon déroulement et de transparence. D’ailleurs dans son allocution le ministre Sedogo n’a pas manqué de saluer l’exemplarité du  déroulement du processus de mise en place de cette assemblée.



Article similaire

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *