Congrès pour la Démocratie et le Progrès : une rentrée politique sur fond de tensions

767 2
Le secrétaire chargé des jeunes du CDP, Salifou Sawadogo, lors de son discours à la cérémonie de rentrée politique du CDP. Ph. B24

A cette rentrée politique du parti majoritaire, une odeur de discorde s’est laissé sentir lors des interventions de deux des premiers responsables du parti, Salifou Sawadogo, Secrétaire chargé des jeunes et Roch Marc Christian Kaboré, président du parti.

L’intervention du premier au cours de la cérémonie d’ouverture de ce dimanche 25 septembre s’est terminée en une sorte de diatribe qui, brève et improvisée soit-elle, ne pouvait passer inaperçue, tant le ton était belliqueux et le tir orienté vers on ne sait qui. « Ces camarades se reconnaîtront dans mes propos ». Des camarades dont le secrétaire chargé des jeunes a condamné avec véhémence les agissements à des fins de « balkanisation » de la jeunesse du parti. Ces agissements, à en croire Salifou Sawadogo, sont allés jusqu’à tenter de l’empêcher de prendre la parole à cette cérémonie de rentrée, placée bien pourtant sous le signe de la jeunesse.

 Plutôt une marque de liberté d’expression au sein du parti

De façon fortuite, la cérémonie a servi d’occasion révélatrice d’une tension pour le moins latente et d’expression implicite de rivalités internes au parti. Car, aux dénonciations du secrétaire chargé des jeunes, le président du parti, Roch Marc Christian KABORE, a tenu à réagir. Pour lui, il n’a jamais été question d’empêcher qui que soit de prendre la parole. Selon les explications qu’il donne, Salifou Sawadogo prétend qu’une consigne a été donnée à une partie des jeunes de le huer lors de son intervention. « A vrai dire, ce sont des propos vides de sens », conclut-il.

Le président du CDP lors de son discours. Ph. B24.com

 Interrogé sur la question, c’est avec philosophie que le secrétaire général adjoint du parti, Simon Compaoré aborde le sujet pour appuyer la réponse de son camarade président. Il entend lever toute équivoque et préciser qu’il n’y a pas de problème, comme pourrait le laisser penser le mécontentement exprimé. Ce qui s’est dit est plutôt la marque de la liberté d’expression qui prévaut au sein du parti, explique-t-il. Une liberté d’expression dont il ne faut pas, pour autant abuser, ajoute-t-il comme pour mettre en garde.

 La jeunesse, un enjeu ou une victime?

 Quelque rassurantes qu’aient pu paraître ces mises au point, elles ne révèlent pas moins l’existence de querelles intestines. La force du CDP, on l’a souvent rappelé, c’est de faire l’unanimité autour d’un homme, le président Blaise Compaoré. Et en dehors de cette unanimité, pour peu qu’on ait le courage de les exprimer, il existe bien des discordes au sein de ce parti, comme dans beaucoup de partis. Et cette fois, la jeunesse pourrait en être l’enjeu, si elle n’en est pas la victime.

 À voir la forte mobilisation de la jeunesse à cette rentrée, on comprend la légitimité pour le parti de fonder des espoirs sur elle. Malheureusement, cette jeunesse n’est pas loin de servir également la cause de la division. Et, de dénoncer une tentative de balkanisation de la jeunesse du CDP, on est tenté d’admettre, s’il n’y a pas de fumée sans flamme, que cela ne saurait être une rumeur sans fondement. Du reste, combien sont-ils ces jeunes qui militent dans les partis politiques par attachement à un homme dont ils sont au service ou par intérêt, et donc facilement manipulables, plutôt que convaincus par les idéaux du parti. Au CDP, il n’en serait pas autrement. Mais il faudra attendre de savoir plus sur cette tension entre certains responsables du méga-parti, car rien de suggestif d’une atmosphère tendue ne se laissait lire sur le visage des milliers de jeunes venus prendre part à ce forum de rentrée politique.



Justin Yarga

Journaliste web qui teste des outils de Webjournalisme et datajournalisme, Media strategy consultant.

Article similaire

Il y a 2 commentaires

  1. A l??chelle qui est la mienne, ce qui s?est pass? est une temp?te dans un verre d?eau. Le CDP, une d?mocratie interne ? Allons donc, cela se serait su ! Salifou Sawadogo, tout ministre qu?il est, aurait-il pu oser murmurer une once de r?probation sans une onction ? Qu?il y ait des probl?mes pourquoi pas ! Mais franchement, au sein du CDP, l?heure n?est plus aux petits meurtres entre camarades. Il y a vraiment plus s?rieux. Depuis la r??lection en novembre 2010 de Blaise Compaor?, la donne a drastiquement chang?. L?impossible est devenu r?el : 2015 sera un marqueur politique important o? Blaise Compaor? ne sera plus amen? ? concourir. Alors que faire ?

    Walid
    http://walidhicham.wordpress.com/

  2. Selon des explications donn?es plus tard par Roch Marc Christian, tout a commenc? avec une incompr?hension sur la responsabilit? de l’organisation de cette rentr?e, les jeunes, avec en t?te le pr?sident de leur union, r?clamant la responsabilit? de cette organisation.

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *