Faux médicaments : Une importante prise à Ouaga et à Bobo

186 0
Une vue de faux médicaments. Ph. africinfo.net

S’il est un fléau qui semblait jusque là ignoré des autorités de notre pays, c’est bien celui des faux médicaments. Ce silence face à la cause d’un des drames effarants que continuent de vivre l’Afrique et notre pays est en train de se briser.

Avec l’opération dont il a été question des fruits cet après midi, c’est un signal important qui est donné.  Une collaboration de la police, de la douane et d’Interpol a permis d’opérer une importante saisie de faux médicaments. La conférence de presse au cours de laquelle a été présentée à la presse cette importante prise a connu la présence de Monsieur Esaie OVONO, représentant d’Interpol. Ces opérations ont concerné les villes de Bobo où il a été saisi 500 kg de faux médicaments, et  de Ouagadougou, avec la plus importante prise, 2 tonnes. Selon les chiffres disponibles, les faux médicaments occupent environ 12% du marché pharmaceutique de notre pays. Le faible niveau de vie aidant, une grande partie  de population se soucie moins de la qualité des médicaments que des coûts.

Cette opération conjointe a permis de mettre la main sur 8 personnes à Ouagadougou et 15 autres à Bobo Dioulasso, toutes impliquées dans ce trafic aux graves conséquences sur la santé des populations. La répression s’annonce donc comme une étape importante dans la lutte contre ce fléau. En marge de la table ronde tenue en fin septembre dans notre capitale sur les faux médicaments en Afrique de l’Ouest, le président de l’ordre des pharmaciens, docteur Jean Lapoan PARE confiait qu’il était nécessaire que la sensibilisation aille désormais de paire avec la répression.

C’est un combat de plus et l’enjeu n’est plus à démontrer.

Justin Yarga

Journaliste web qui teste des outils de Webjournalisme et datajournalisme, Media strategy consultant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre