Elections couplées de 2012 : « Nous avons besoin de temps », dixit le président de la CENI

165 0

Les élections couplées municipales et législatives ne se tiendront probablement pas en Mai 2012. C’est entre autres ce que l’on peut retenir de la rencontre entre la CENI et les organisations de la société civile (OSC), ce vendredi 07 octobre. 

Par une correspondance datée du 23 août 2011, les  OSC « actives dans les processus électoraux », que sont le MBEJUS (Mouvement burkinabè pour l’émergence de la justice sociale), le RESOCIDE (Réseau  des organisations de la société pour le développement), la RADDHO et la LIDEJEL (Ligue pour la défense de la justice et de la liberté), ont souhaité rencontrer  la CENI pour partager avec elle leurs expériences et lui soumettre leurs attentes.

Requête exaucée par l’institution le  7 octobre 2011, dans la salle de conférence de la CENI. La première information importante du jour, c’est le président de la CENI, Me Barthélémy Kéré qui l’annonce : « Hier (jeudi 06 octobre 2011, ndlr), nous avons eu une séance de travail avec le gouvernement, qui a accordé sans ambages le principe qu’on établisse le fichier électoral sur la base d’un enrôlement biométrique des électeurs ». Cette information a été très bien accueillie par le porte-parole des OSC, Alexandre P. Ouédraogo, qui ne s’est pas empêché d’arborer un sourire très évocateur. En effet,  l’enrôlement biométrique figurait en bonne place dans les revendications du groupe des organisations de la société civile. Après le soulagement, monsieur Ouédrago a indiqué que  « le problème de fichier électoral perturbait beaucoup le processus électoral, il a entaché notre (celle de la Ceni ndlr) crédibilité »

Elections couplées cherchent partenaires financiers

Maintenant que l’enrôlement biométrique est accepté, il se pose la cruciale question du délai dans lequel doit se tenir les élections. Que ce soit pour le Président de la CENI ou pour le porte-parole des OSC, le report ne fait plus aucun doute. Le rendez-vous électoral de mai 2012 est désormais un leurre. Pour Alexandre Ouédraogo, le délai n’est pas important pour le peuple burkinabè, mais plutôt la réussite de ces élections couplées.

En ce qui concerne le Président de la CENI, l’institution a « besoin de temps », non seulement pour l’enrôlement, mais d’abord et surtout pour la recherche de financements. Environ 23 milliards de F CFA seront nécessaires rien que pour l’enrôlement biométrique.

 

 

Abdou ZOURE

Abdou Zouré est le rédacteur en chef de Burkina24.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre