Le 15 Octobre, l’unité des sankaristes pour mieux commémorer

1103 0

Depuis la mort de Thomas Sankara le 15 octobre 1987, cette date est restée gravée dans la mémoire du peuple burkinabè. Chaque année, la date est commémorée par un certain nombre de partis politiques se réclamant de l’idéal de feu président Thomas Sankara. A l’occasion du 15 Octobre 2011, nous avons interrogé  quelques citoyens burkinabé qui ont accepté s’exprimer sur leur vision de la date et de sa célébration.

LANKOANDE Yempani

Lankoandé Yempani : Pour nous, organisations démocratiques de masse, le 15 octobre est une date de commémoration pour la simple raison qu’il y a des gens qui sont morts le 15 octobre 1987, victimes d’un crime politique. Mais pour bien apprécier la valeur du 15 octobre, il faut regarder ce qui ce passait avant le 15 octobre 1987 et ce qui se passe après. Le 15 octobre était venu pour corriger, on nous avait dit, une déviation droitière de la révolution ; mais de ce qui est arrivé, les burkinabé ne connaissent pas les circonstances dans lesquelles cela est arrivé ni les raisons véritables. Sinon on serait situé pour bien apprécier cette commémoration. Quand on regarde Sankara, en termes de visions, c’est quelqu’un à qui l’Histoire donne raison aujourd’hui. Chaque année, chaque burkinabè devait se donner la peine de se souvenir de cet Homme, faire un bilan et envisager des perspectives. Autrement dit, le 15 octobre sera là, inutile s’il suffit de penser qu’il y a des gens qui sont morts sans donner suite à ces évènements. Mais si ce jour nous inspire à entreprendre des actions pour un meilleur devenir du Burkina, ce sera intéressant.

 

RAMDE ERNEST

 

Ramdé Erneste : La commémoration est une bonne chose pour célébrer les idéaux de Sankara. Cependant, je pense que les partis sankaristes devraient s’unir pour mieux défendre l’idéal du président Thomas Sankara. Surtout pour réclamer justice afin qu’il ne reste pas dans l’ombre, parce qu’à partir du moment où on parle de mort naturelle, ce n’est pas intègre de laisser le problème comme ça. La lutte doit se poursuivre afin de prouver les résultats à la future génération. Ce que Sankara prônait, tous les partis sankaristes le savent, mais il faut qu’ils s’unissent afin de pouvoir le défendre.

 

BALIBIE SANA

Balibié Sana : D’abord, tous les partis qui se réclament de l’idéal sankariste utilisent le Sankarisme à leur profit. On n’a pas l’impression que c’est un combat en tant que tel. Ce sont des gens qui ne s’inscrivent pas dans la même perspective de l’idéal que Sankara avait à l’époque. La dispersion de ces partis ne leur permettra pas d’atteindre les objectifs que Sankara visait. Il faudrait donc que tous les sankaristes s’unissent en un seul parti pour faire du 15 octobre une réussite. Il faut que ces sankaristes sachent que les jeunes comptent sur eux, pour réaliser l’idéal sankariste. Mais c’est un désespoir pour la jeune génération de constater la dispersion des forces de ceux qui prétendent défendre l’idéal du président Sankara.


KOMI BERTINE

 

Komi Bertine : Le 15 Octobre, je pense qu’on a le devoir de s’en souvenir mais pas de cette façon. C’est de la mascarade, c’est du n’importe quoi en fait. Pour un président qui a véhiculé des idéaux pour le Burkina, la commémoration devrait être faite d’une meilleure façon que ça ; qu’on puisse connaître qui était réellement Thomas Sankara et ce qu’il a fait pour le Burkina. On le connaît plus ailleurs qu’au Burkina, chose qui ne devrait pas être.

 

KABORE DINATA

Kaboré Dinata : Pour  moi, le 15 octobre est à célébrer parce que Thomas Sankara est une grande personnalité. On ne doit pas l’oublier. Si on ne fête pas c’est comme si on rejetait ses idées. On devrait d’ailleurs faire mieux le 15 octobre. Les partis sankaristes ? c’est de la fumée. Ce sont des hypocrites qui sont derrière ceux-là même qui n’aiment pas Thomas Sankara. Ce sont des figurants qui ne développent pas du tout les idées de Sankara. Le 15 Octobre, c’est d’abord le peuple burkinabè qui doit le célébrer car Sankara est une personnalité politique historique. De mon avis cette date devrait être fériée, chômée, pour montrer son importance.

BOUDA LEON

 

 

BOUDA Léon : La commémoration du 15 octobre est une bonne chose. Cependant beaucoup de gens ne connaissent pas l’idéologie de Thomas Sankata. Certaines personnes utilisent son nom pour faire leurs propres affaires ; et je ne suis pas du tout d’accord avec cela.

 

 



Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *