Le Groupement de Commandement d’Appui et de Soutien fait peau neuve

909 0
Le Chef d'Etat Major de l'armée de Terre, passant le drapeau au nouveau Commandant GCAS

Le Commandement militaire a procédé ce matin à la passation de service entre l’ancien commandant du Groupement de Commandement d’Appui et de Soutien, (GCAS ou camp Lamizana), le Colonel Moïse Minoungou (Actuellement à l’école de guerre au Maroc) et le Colonel Yaya Séré, ex commandant du bataillon Laafi au Darfour. Le contexte de crise au niveau militaire justifie sans doute ce changement. Récit et impressions.

Notre pays a traversé en début d’année une crise sans précédant, marquée par une mutinerie militaire, des révoltes dans des casernes, des pillages, viols et vols orchestrés par des hommes d’armes. Si pour remédier au mal être du pays, le chef suprême de armées, SEM Blaise Compaoré avait pris des mesures en remplaçant certaines « têtes » de l’armée nationale, en remaniant le gouvernement, en réprimant sévèrement des manifestants militaires à Bobo Dioulasso et en procédant à la radiation pure et simple de plus de 566 militaires, force est de constater que la gangrène “insurrectionniste” n’est pas totalement chassée hors des casernes. C’est en tout cas ce que tout bon burkinabé continue de se dire tout bas.

La tendance aujourd’hui semble être de rassurer les burkinabé, les amis du Burkina, les investisseurs et la démocratie elle-même. Pour ce faire, les autorités du pays ont changé leur langage. Plus question de brandir l’autorité et le bâton comme armes absolues pour diriger nos casernes, mais plutôt des mots, des attitudes solidarisantes, de la volonté à rendre meilleures les conditions de vie des militaires. C’est en tout cas ce que nous avons eu comme impression en assistant à la passation de service ce matin au sein du Groupement de Commandement d’Appui et de Soutien (GCAS),entre le Colonel Minoungou Moïse (Absent ce jour) et Colonel Séré Yaya.

Le nouveau Commandant du GCAS (à Gauche). avec lui, le CEMAT par intérim, Zoumana Traoré

Le Colonel Moïse Minoungou, actuellement à l’école de guerre au Maroc, a été remplacé à la tête du GCAS dans cette matinée du 19 octobre par le Colonel Yaya Séré. Cette passation a eu lieu en présence du Chef d’Etat Major de l’Armée de Terre (CMAT) par intérim, le colonel-major Zoumana Traoré. Une cérémonie solennelle, qui n’a pas caché les horreurs que la grande muette a fait subir à la nation à travers les manifestations du premier trimestre 2011. En effet, à travers une petite allocution du colonel Séré, il ressort la volonté de ce dernier de travailler pour une cohésion de la troupe, une discipline militaire, une solidarité réciproque et enfin pour un devoir de protection du pays. Il a dit vouloir mettre un accent particulier sur la dimension «conditions de vie des militaires »,une option qui prend place dans de vieilles revendications du corps militaire, des soldats du rang. Même démarche du côté du Chef d’Etat Major de l’Armée de Terre, le colonel Zoumana Traoré qui a affuté la même arme. Pour lui, la discipline doit désormais régner au sein du GCAS afin qu’on puisse désormais éviter les travers du début d’année. Il a félicité en passant l’action du commandant GCAS précédent, qui pendant 5 ans a valeureusement servi le groupement.

Le Colonel Séré a eu un parcours militaire remarquable. En effet, de l’école Baonghin à Ouagadougou (vers la fin des années 1960) au Commandement de la GCAS, il a pu arpenter les sentiers de formations de plus de 08 Ecoles militaires. Du Prytanée militaire du Kadiogo (PMK) à l’école de guerre de Hambourg en passant par l’école nationale des sous officiers d’active (Sénégal),… il a acquis les rudiments nécessaires pour mener à bien des missions similaires.  Avant d’occuper cette fonction, le Colonel Séré était au commandement du bataillon Laafi au Darfour.

Le cocktail servi après la cérémonie a été une occasion de visualiser un rapport solidaire entre officiers, sous officiers et soldats du rang. Gageons que ce sera pour longtemps.



Article similaire

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *