Bobo-Dioulasso : La Banque mondiale visite des structures partenaires.

314 0

Le mardi 18 octobre 2011, le directeur des opérations de la Banque mondiale pour le Burkina Faso, M. Madani Tall et la représentante résidente de ladite Banque au pays des hommes intègres, Galina Sotirova ont visité la Société des fibres textiles (SOFITEX), le terminal fruitier et le marché des fruits et légumes de Bobo-Dioulasso.

De la droite à la gauche, Galina Sotirova, Madani Tall, Jean Paul Sawadogo et Karim Traoré . Photo: Burkina24
De la droite à la gauche, Galina Sotirova, Madani Tall, Jean Paul Sawadogo et Karim Traoré . Photo: Burkina24

La visite a débuté par la société des fibres textiles du Burkina (SOFITEX). Guidée par le Directeur Général de la maison, Jean Paul Sawadogo, la délégation de la Banque mondiale a successivement visité le laboratoire des semences, l’usine d’égrainage de Bobo III et le laboratoire de classement. A chaque étape, Madani Tall n’a pas manqué de questions à l’endroit de l’équipe de la SOFITEX, puisqu’ayant quinze ans d’expérience dans la filière coton. Appuyé sur les explications des experts de la boîte cotonnière, des questions relatives à la qualité, au prix des intrants, à la subvention…sont entre autres des points qui ont retenu l’attention du visiteur.

Ainsi, au DG de la SOFITEX et son équipe, monsieur Tall a souhaité qu’il y’ait un langage franc entre la maison et les producteurs. Car c’est la meilleure façon de mieux protéger l’entreprise. Aux producteurs, représentés par le président de l’union nationale des producteurs de coton du Burkina (UNPCB), il a traduit le fait que la subvention des intrants ne pourra pas être sans fin. C’est pourquoi, s’adressant à Karim Traoré, puisque c’est de lui qu’il s’agit, il a demandé de préparer l’ensemble des producteurs à accueillir cette information un jour. Le prix de l’engrais qui a causé des manifestations violentes dans certains endroits du pays, était au menu des échanges. Sur ce point, le président de l’UNPCB a expliqué le mécontentement des siens du fait que leurs camarades d’un pays voisins ont pu avoir le même produit à un prix plus abordable. Tout en reconnaissant la logique de leur attitude, le visiteur du jour a interpellé les deux parties à faire prévaloir la franchise entre elles.

Après la SOFITEX, c’est le terminal fruitier situé au centre ville de Bobo-Dioulasso qui a été visité par l’équipe de la Banque mondiale. Djénéba Tapsoba, responsable du programme d’appui aux filières agro-sylvo-pastorales (PAFASP) a accueilli l’équipe de la Banque pour lui présenter l’infrastructure réalisée à plus de 800 millions de francs CFA. Malgré la volonté et l’engagement des travailleurs, la structure est confrontée aux problèmes de traitement de certains produits tel que la mangue qui demeure le produit de base. Ici encore, le directeur des opérations de la banque mondiale pour le Burkina a félicité les acteurs non sans insister sur l’amour et l’éthique du travail.

Le marché des fruits et légumes est la dernière structure visitée par la délégation de la banque mondiale le mercredi 19 octobre 2011. Réalisé à plus d’un milliard de francs CFA, ce marché reste inoccupé par les marchands de fruits et légumes qui exercent la vente aux alentours du joyau réalisé à cet effet. Traoré Boubacar Sibiri qui a conduit les visiteurs, a rassuré que son équipe travaille d’arrache pied pour que le marché soit occupé d’ici la fin de 2011. Tout en l’encourageant dans cette lancée,  monsieur Tall et sa collaboratrice, ont traduit leur satisfaction de savoir que les fonds mis à la disposition de leurs partenaires ont servi à réaliser ce pour quoi ils ont été mobilisés. En somme, c’est sur une satisfaction générale que la visite de Bobo-Dioulasso s’est achevée.

Boroma

boroma

daosouro

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre