Parti de la renaissance nationale, Pour une société de solidarité au Faso

396 0

Le fondateur du Parti de la renaissance nationale (PAREN), Laurent Bado, a animé le samedi 22 octobre 2011 à Ouagadougou, une conférence à l’occasion du douzième anniversaire du parti en vue de faire le bilan de sa lutte politique, et du même coup présenter la vision de cette bataille à la jeunesse du pays.

Laurent Bado, Fondateur du Parti de la renaissance nationale (PAREN)


Ce parti d’opposition qui se veut une voix originale de développement pour le Burkina a été créé dans l’objectif de conscientiser le peuple, selon son fondateur, le professeur Laurent Bado, qui dit avoir tenté l’union de l’opposition en vain. Il trouve son fondement dans la stagnation de la société, et l’absence de progrès véritable dans le tissu social.

Le PAREN propose donc comme projet de société, l’intelligence pour aboutir à une société solidaire basée sur les 3C, c’est-à-dire un gouvernement clair, cohérent et crédible. En clair, le professeur Bado envisage l’actionnariat populaire comme base de financement de la construction du développement solidaire, fondé sur un principe au-delà du capitalisme et du socialisme qui  ont montré leurs limites au monde.

Ce principe, c’est le «un pour tous et tous pour un». Le professeur dit avoir abordé de façon plus large, études à l’appui, l’échec annoncé des deux modèles de développement précédents, qu’il a jugé incompatibles avec la vie de l’humanité, dans son ouvrage intitulé ‘’Ni l’Est, ni l’Ouest’’, 1981.

Le public venu suivre la conférence de Laurent Bado

Ainsi, Laurent Bado compare le parti de la renaissance nationale à un train à grande vitesse (TGV) de trois wagons, sur lequel se fonde la société de solidarité que les Burkinabè demandent. Les rails seront nos valeurs culturelles et serviront de lois, la locomotive c’est l’agriculture et l’élevage, ressources prioritaires du pays qui vont tracter l’industrie (1er wagon), le commerce (2e wagon) afin de ‘’financer’’ le social (3e wagon).

Il s’agit selon lui, de créer les richesses à partir de l’agriculture et l’élevage en se basant sur les normes connues et acceptées de tous en vue de promouvoir le secteur social. Le parti compte fonder le développement du Burkina sur l’économie agraire de besoin et non de profit, qu’il a adaptée à l’économie moderne.

Le président du PAREN, Tahirou Barry

Selon le président du PAREN, Tahirou Barry, cette célébration est un moment d’introspection sur les acquis et les échecs enregistrés par le PAREN après douze années d’existence et de projection dans l’avenir. «Il y a assez d’obstacles à la démocratie, et nous travaillons à ce que ceux-ci soient levés», a répondu M. Barry, interrogé sur l’absence de progrès pour le parti au plan national et l’insuffisance de résultats.

Et à l’occasion de ce 12e anniversaire, le fondateur du PAREN va animer des conférences publiques à l’image de celle de Ouagadougou, à Gaoua, Banfora, Bobo-Dioulasso, Dédougou et Réo toujours dans la perspective de conscientisation du peuple pour un changement démocratique.

Il y a 1 commentaire

  1. Mr Bado je vs aime (vtre fa?on de fairela politique ) malheureusem vs les burkinab? vs avez ratez votre r?volution ;les miltaire au lieu d’enlevez balise eux ils s’emprnd au commer?nts cass?e les magasin ;sauf dieu vient en aide pour sinon mm apr?s se mandat balise va se presenter il ns a montrez que au burkina c’est lui le seul maitre ? bord que dieu veil sur le bf d’apr?s les Ivoirien Yko

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre