RIO+20 : L’Afrique affine ses arguments pour la croissance verte

585 0

«Cette échéance majeure constitue pour l’Afrique la tribune idéale pour exposer clairement ses besoins dans le contexte de sa priorité fondamentale, a savoir l’éradication de la pauvreté et la réalisation d’un développement durable. » a noté Jean Ping, président de la commission de l’Union Africaine, lors de la réunion ministérielle africaine préparatoire pour Rio+20 qui s’est tenu le 24 octobre à Addis-Ababa.

Si les économies africaines ont connu une croissance rapide au cours de la dernière décennie, elles restent vulnérables aux chocs amplifiés par le changement climatique, la dégradation de l’environnement, la croissance démographique et la crise économique mondiale. De plus, la croissance économique ne s’est pas traduite par des taux suffisants de réduction de la pauvreté ou de création d’emplois.

La sixième conférence économique africaine annuelle qui s’ouvre ce mardi 25 octobre à Addis Abeba, examinera également les perspectives qui s’offrent à la région pour faire avancer le développement durable en stimulant la productivité de l’économie et le développement humain sur le long terme, notamment par la croissance verte.

Organisée conjointement par la Commission économique des Nations unies pour l’Afrique (CEA), la Banque africaine de développement, et le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD), cette conférence réunira plus de 500 chercheurs et décideurs internationaux africains qui se pencheront du 25 au 28 octobre sur le thème : Economie verte et transformation structurelle.

Pour les experts africains, l’économie verte contribuera à développer les secteurs de l’économie qui créent des emplois et offrent des chances pour tous les citoyens, y compris les plus vulnérables. En même temps, l’investissement dans ces secteurs contribuera à créer des économies plus solides sur le long terme.

C’est donc sur la base des expériences recueillies à travers le monde, que la conférence économique africaine 2011 examinera donc la possibilité de transformer les économies africaines en économies vertes par les investissements dans la saine gestion des ressources naturelles, l’énergie renouvelable, les industries propres et l’agriculture durable.

Les travaux qui s’ouvrent ce soir au centre de conférence des nations unies d’Addis Ababa, seront inaugurés par Meles Zenawi, premier ministre d’Ethiopie; Abdoulie Janneh, secrétaire exécutif de la Commission économique des Nations Unies pour l’Afrique; Donald Kaberuka, président de la Banque africaine de développement; et Tegegnework Gettu, directeur du Bureau Afrique du PNUD.

Roukiattou Ouédraogo, à Addis-Abeba

Dieudonné LANKOANDE

M. Lankoandé est passionné de web2.0 et de stratégies marketing (Marketing/web & Community Management) propre au secteur on line, domaine dans lequel il a plusieurs années d’expériences.

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *