Théatre: de la chair au trône, le pouvoir à tout prix

855 0

Le pouvoir, rien que le pouvoir. Le pouvoir pas pour l’exercer et s’en aller. Le pouvoir pour l’exercer et y rester, à vie. Telle est la substance de cette pièce qui a vu la présence d’un grand public au siège de Boamani Africa.

Mahamadou TINDANO et Laure GUIRE en action
Mahamadou TINDANO et Laure GUIRE en action

Le professeur devenu roi doit mourir. Il a signé le pacte qui doit lui ôter la vie après les délices d’une douzaine d’années sur le trône ancestral. Cependant, il s’accroche et regrette les moments d’espoir perdus à ne pouvoir semer dans la conscience de ses concitoyens, les prémices même d’un changement général. Tout ce temps, pour ça, comme dirait l’autre. Rejeté par les autres continents où il est allé chercher la Science, écoeuré par les dérives de sa terre natale, il s’est cru le devoir d’être celui par qui le changement viendra. Hélas, mille fois hélas, il se verra anéanti par les habitudes qui ont la peau dure : les traditions multiséculaires. Gigantesque piège qui se referme sur lui, les douze années passées à jouir des avantages du trône lui ont donc laissé un goût d’inachevé. Alors il faut s’accrocher coûte que coûte, vaille que vaille aux chimères qu’il n’atteindra jamais.  Les bonnes vieilles habitudes ayant la peau étonnamment dure, il mourra, pour que ces mêmes bonnes vieilles habitudes puissent garder leur carapace, toujours égales à elles-mêmes.

Ecrite par l’écrivain ivoirien, Amadou KONE et savamment mis en scène par Dioari Abidine COULIDIATY,  Directeur de Boamani Africa, cette création s’affiche comme un passage de témoin entre les jeunes stagiaires des « Ateliers Tamayé 2010» qui jouent aux côtés de comédiens confirmés comme Joseph TAPSOBA dit Chocho, Mahamadou TINDANO et Laure GUIRE. Sur un espace réduit, chaque comédien, survolté par les interjections venant du public, veut, à tout prix, donner le meilleur de lui-même. Cela n’est pas une bonne chose en soi.

Cependant, le metteur en scène verrait à recentrer le jeu de certains comédiens afin qu’ils ne tombent pas dans les stéréotypes. Vouloir plaire au public nécessite tact et justesse dans le jeu. Certains accessoires de jeu comme les pneus et l’aiguille qui, selon la mise en scène, pour le dernier, est l’instrument qui met fin à un règne en donnant naissance à un autre, semble perdre de sa valeur après qu’elle ait été remise par le patriarche à la jeune fille. Aussi, même si l’espace est réduit, cela ne saurait expliquer les déplacements de certaines personnes du public. Même si elles sont affairées, elles devraient avoir à l’esprit que lorsqu’un spectacle se déroule, la discipline est de rigueur afin de ne pas déconcentrer les comédiens et les autres spectateurs. Cela est aussi valable pour l’ensemble de l’équipe présente sur scène afin que certains appareils ne perturbent pas le bon déroulement de leur prestation.

En définitive, De la chair au trône mérite le détour pour la recherche de la perfection qui sous-tend les travaux de Abidine Dioara COULIDIATY. C’est pour cette raison que le projet des « Ateliers Tamayé » voit le soutien de Vivendi, à travers son programme Create Joy  dont la Coordinatrice Diane EMDIN a séjourné au Burkina Faso. Outre Vivendi, l’association Lutt’opie (Lutter Ouvertement Pour l’Inter culturalité des Echanges) basée en France est aussi un soutien essentiel pour les activités de Boamani Africa.

 

Rialé

bktso1

Rialé est artiste-comédien et résidant a Ouagadougou.

Article similaire

Hommage à la Patrie

Posté par - 1 octobre 2015 5
Ceci est un poème écrit par un citoyen à la nation. Mon Burkina Faso, un pays enclavé Certes, mais avec…

Il y a 1 commentaire

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *