Elections couplées de 2012 : Vite un prestataire pour l’enrôlement biométrique !

648 0

Pour que  les élections couplées se tiennent en 2012, il faut que l’enrôlement biométrique des électeurs commence dès février 2012. Et pour que cet enrôlement commence à cette date, il faut que la CENI trouve un prestataire dès ce mois de novembre. Et pour que tout ceci se réalise, il faut de l’argent et maintenant ! C’est ce que le président de la CENI a laissé entendre lors de la conférence de presse de ce samedi 5 novembre 2011.

Me Barthélémy Kéré, président de la CENI

L’équipe d’experts de l’OIF, qui a séjourné par deux fois au Burkina sur demande de la CENI, a recommandé l’établissement du fichier électoral sur la base d’un enrôlement biométrique. Mais cet enrôlement nécessitera entre 18 et 30 milliards de F CFA selon les estimations provisoires des experts.

L’enrôlement comprendra la biométrie digitale, l’impression individuelle de carte d’électeur, l’intégration d’un système d’information par SMS des électeurs, le respect du calendrier du processus électoral, le transfert de compétences à la CENI, la formation, l’appui-conseil et la mise à niveau de l’équipe de la CENI.

« Le premier acte, c’est avoir l’argent »

A cette allure, les élections pourront-t-elles se tenir en 2012 ? C’est la question que s’est lui-même posé le président de la CENI, Me Barthélémy Kéré. « Si », a-t-il répondu. Mais « si et seulement si », un prestataire est désigné dès ce mois de novembre, les démembrements et les utilisateurs des kits d’enrôlement sont formés à temps et l’enrôlement est commencé en fin février 2012. Bref, que le chronogramme établi par la nouvelle équipe de la CENI soit respecté.

Toutefois, « le premier acte, c’est avoir l’argent », a indiqué Me Kéré. Me Kéré qui informe que la CENI est en discussions avec le gouvernement pour trouver des moyens d’amoindrir ce coût et de trouver des partenaires financiers.

Pour l’instant, Me Barthélémy Kéré, le président de la CENI, a rapporté les avantages de l’enrôlement. L’électeur est unique, ne peut être confondu à une autre personne, évitant les inscriptions doubles et rendant ainsi plus respectable le principe « un électeur, une voix ». Ensuite, les données sur l’électeur sont de bonne qualité et définitives. Les listes sont permanentes, les cartes et les listes d’électeurs sont éditées avec des photographies rendant plus efficace le contrôle. Enfin, le fichier électoral ainsi établi pourra servir à d’autres applications comme l’état civil, les cartes d’identité, les passeports, les visas, les permis de conduire, l’identification des fonctionnaires, etc.

 

Quel mode opératoire pour les élections couplées ?

Comment vont se dérouler ces élections couplées ? Me Barthélémy a jeté quelques esquisses. Compte tenu de l’analphabétisme de la plupart des électeurs, le président de la CENI préconise qu’il y « ait une subdivision suffisante entre le législatif et le municipal pour que l’électeur ne soit pas confus ». Par exemple qu’il y ait deux urnes, l’une pour le vote législatif et l’autre pour le vote municipal, deux bulletins de vote différents et donc deux équipes (regroupant représentants des partis et membres de la CENI, au total 7) pour un même bureau de vote. Mais il a indiqué que les échanges avec le gouvernement se poursuivent pour trouver le mode idéal.

 



Abdou ZOURE

Abdou Zouré est le rédacteur en chef de Burkina24.

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *