Moyen Orient, la guerre latente en pleine ébullition

393 0
vue du proche-orient
vue du proche-orient

Des informations font la une des médias et selon lesquelles, une attaque militaire ciblée des sites en Iran est imminente. Celle-ci serait en préparation par l’Etat hébreu et les Etats unis et probablement certains alliés européens comme la Grande Bretagne. A peine l’intervention militaire en Libye terminée, que la tension toujours vive entre Israël et la Palestine s’active du fait de l’adhésion de celle-ci à l’UNESCO, et que, les Américains semblent vouloir engager un autre combat dont l’issue est incertaine. Les conséquences seront plutôt incalculables pour les deux camps, et peut être pires pour l’allié inconditionnel.

Des frappes sur les installations nucléaires iraniennes par Israël et les Américains risqueront de déclencher une guerre déjà latente dans une situation hautement explosive, surtout que certaines n’attendent que d’être provoquées. Dans la publication du rapport de l’Agence internationale de l’énergie atomique de ce mercredi 9 novembre 2011 sur le programme controversé iranien, le président israélien, Shimon Peres s’acharne sur cette décision.

C’est vrai qu’au sein du gouvernement israélien l’unanimité n’est pas au rendez-vous, mais la pression est suffisamment forte sur les Etats unis afin de soutenir l’option. Alors, si l’attaque se déclenchait, la réplique de l’Etat islamique ne saurait tarder, comme l’a d’ailleurs prévenu le président Mahmoud Ahmadinejad.

Ce, d’abord en légitime défense, ensuite pour défendre l’intégrité du territoire iranien, puis pour ne pas subir le sort qu’ont connu Sadam Hussein et  Kaddhafi, puis enfin, afin de tenter en dernier ressort de maintenir sa position et son influence dans la région vues d’un mauvais œil par les détracteurs qui lui colle  tous maux.

Un catalyseur pour la Russie

La Russie et la France ne sont pas pour l’instant favorables à une telle action, compte tenu des retombées nocives et néfastes que pourraient avoir des frappes militaires soient-elles ciblées sur l’Iran. On le sait, l’influence de l’Iran dans la région n’est pas négligeable, c’est d’ailleurs la raison pour laquelle il est dans le viseur de l’Amérique.

Ce ne serait pas un équilibre de la terreur comme pendant la guerre froide. Seulement, la force de l’Iran aujourd’hui est un catalyseur pour la Russie, qui, elle aussi joue toutes ses cartes dans cette conquête de l’hégémonie mondiale. Une raison encore qui place la République islamique en ligne de mire des Etats unis.

Il l’a dit, et risque d’user de tout pour nuire aux intérêts israéliens en premier lieu, américains ensuite, et en désespoir tout intérêt occidental. Ahmadinejad a toujours affiché son hostilité vis-à-vis  d’Israël dont il n’a d’ailleurs pas reconnu l’existence, ce qui a pu lui valoir l’inimitié des Etats et de la ‘’communauté internationale’’.

L’ouverture d’un foyer en Iran serait vraisemblablement  une fournaise véritablement ardente dans la région, fournaise qui en quelques minutes va se propager en Syrie déjà fragile avec comme conséquence immédiate, la naissance d’un sentiment anti-israélien, anti-américain, anti-occidentaux généralisé.

Risques d’une guerre confessionnelle

L’intervention des Etats unis en Afghanistan et en Iraq a déjà fortement marqué cet état d’esprit, non seulement en Orient mais presque partout dans le monde. Ces interventions sont du reste qualifiées d’échecs militaires pour les instigateurs.

Une attaque de l’occident contre la République islamique d’Iran sonnera comme une défiance, une guerre ouverte contre l’Islam aux yeux de beaucoup. Somalie, Libye, Afghanistan, Iraq, Palestine, Syrie seront prises pour preuves palpables.

La confessionnalisation du conflit au proche et moyen Orient aura des issues que personne ne peut prévoir. Cette supposée course à l’arme nucléaire trouve sa source dans le conflit israélo-palestinien, incarnation d’une injustice caractérisée notoire mais tue. Et tant que ce conflit demeure, la paix restera seulement un mot dans la région.

Le risque est donc réel qu’une attaque militaire de l’Iran débouche sur une guerre de propagande islamiste dans un monde grandement fragilisé par différents conflits de sources variables.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre