Prolifération des armes légères : une nouvelle équipe pour dynamiser la lutte

328 0
Les nouveaux membres installés autour du Premier ministre. ©Burkina24

La Commission nationale de lutte contre la prolifération des armes légères (CNLPAL) a connu le renouvellement de son équipe avec l’installation, hier mardi 08 novembre, de nouveaux membres par le Premier ministre, Luc Adolphe TIAO.

La prolifération des armes légères constitue une menace quotidienne à la sécurité et plombe le développement, comme l’a rappelé le Premier ministre Luc Adolphe TIAO à cette cérémonie. Le Burkina Faso, pour avoir traversé une crise marquée par l’usage incontrôlé des armes, est plus que conscient de cela. Depuis 2001, et suite  aux conclusions du moratoire de la CEDEAO sur l’importation, l’exportation et la fabrication des armes légères en Afrique de l’Ouest décidé a ABUJA le 31 octobre 1998, le phénomène a toujours préoccupé le gouvernement, qui s’est doté de cadres normatifs et d’un cadre institutionnel à cet effet. La CNLPAL traduit l’engagement de l’Etat dans cette lutte qui s’inscrit dans le cadre communautaire de la CEDEAO.

La CNLPAL a pour entre autres missions, de participer à la conception de la politique nationale de lutte contre la prolifération des armes légères et à sa mise en œuvre, mais également de sensibiliser les populations sur les méfaits de cette prolifération. Pour atteindre cet objectif, l’institution a fait peau neuve, avec une nouvelle équipe de diverses compétences dont 15 membres issus de différents ministères, 11 de la société civile et un représentant de l’association des municipalités du Burkina.

Le Colonel Major Abdoulaye BARRO, secrétaire permanent de la CNLPAL. ©Burkina24

Les nouveaux membres, autour du secrétaire permanent de l’institution, le Colonel Major Abdoulaye Barro, ont la lourde charge d’œuvrer à réduire la prolifération des armes légères. En effet, les chiffres officiels sont fortement suggestifs de l’ampleur du phénomène. Deux millions d’armes circulent au Burkina Faso, provenant surtout de pays voisins. En plus de ce flux favorisé par la porosité des frontières entre les pays de la sous région dont certains ont connu ou connaissent des conflits, environ soixante mille armes sortent des armureries burkinabè.

Le Premier ministre, en les installant pour un mandat de trois ans, a invité les nouveaux commissaires à s’y investir pleinement. Conscient que la lutte nécessite une action concertée, il a appelé à l’engagement de tous, afin de venir à bout de cette prolifération qui alimente la violence armée récurrente dans le pays. Pour le Colonel Major Abdoulaye Barro, la nouvelle équipe, composée d’experts de plusieurs domaines, constitue « un échantillon de notre société » et s’analyse en autant de compétences nécessaires pour l’accomplissement des missions de la CNLPAL.

 

Justin Yarga

Journaliste web qui teste des outils de Webjournalisme et datajournalisme, Media strategy consultant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre