« Insecurty Day » : Le piratage informatique vu sous un autre angle

Des participants venus toucher du doigt le hacking.©Burkina24

L’édition 2011 de la journée de l’insécurité informatique s’est tenue ce samedi à Ouagadougou autour du thème de la « Sécurité offensive ». Une conférence consacrée à la démystification du piratage informatique ou hacking.

« Tout ce que les administrateurs savent, les Hackers le savent. Mais tout ce que les Hackers savent, les administrateurs ne le savent pas ». Voila en quelques mots comment l’animateur principal de la conférence, Monsieur Yao N’CHO, Hacker certifié, présentait déjà, dans une interview accordée à Burkina24, l’enjeu en matière de sécurité informatique.

Le but d’une telle journée est donc de relever le niveau de sécurité informatique dans les entreprises en leur faisant prendre conscience des risques auxquels leurs systèmes sont exposés. Pour ce faire, l’un des objectifs de cette journée de l’insécurité informatique était de démystifier le piratage informatique et donner les moyens aux administrateurs de sites internet de pouvoir assurer efficacement la sécurité informatique.

Mais aussi, cette conférence devait permettre aux profanes de toucher du bout des doigts le piratage informatique à travers les démonstrations faites.

L’importance de cette journée a été soulignée par Mme Alimata Ouédraogo/Dah, présidente de la Commission Informatique et Libertés (CIL), dans ses propos d’ouverture. Pour la patronne de l’évènement, « les opportunités offertes par les nouvelles technologies de l’information et de la communication vont de pair avec les risques qui y sont liés ». L’expansion de ces technologies, avec les téléphones mobiles multimédia de la technologie « 3G », signifie permanence de risques liés à leur utilisation. Une belle occasion donc pour la CIL d’attirer l’attention des utilisateurs de ces technologies.

Dans ce sens d’ailleurs, la présidente de cette institution chargée de veiller sur la protection des données à caractère personnel, a animé un module consacré à cette mission.

A en croire Monsieur N’CHO, des Hackers, on en trouve au Burkina. Mais des Hackers encore réticents à assumer publiquement ce titre. D’où un aspect également important à travers l’organisation de cette journée : montrer l’autre visage du Hacker. Pour Monsieur N’CHO, le hacking consiste tout d’abord en la recherche de failles dans les systèmes informatiques. Ceux des Hackers qui exploitent ces failles à de mauvais desseins sont considérés simplement comme des criminels informatiques.

Du reste, l’intérêt pour la question de sécurité informatique pouvait se lire à travers la forte mobilisation du public venu assister à cette édition 2011 qui comptait Burkina24 parmi les partenaires.

 



Justin Yarga

Journaliste web qui teste des outils de Webjournalisme et datajournalisme, Media strategy consultant.

Articles similaires

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page