L’impôt, casse-tête des opérateurs économiques du Centre-est

327 0

Dans le cadre de sa tournée régionale, le ministre de l’Economie et des Finances a eu une rencontre d’échanges et de débats autour des questions liées à l’activité économique, avec les opérateurs économiques de la région du Centre-est à Tenkodogo le 14 novembre 2011.

Les opérateurs économiques du Centre-est ont salué l'initiative du ministre de les rencontrer. Ph B24

L’objectif selon le ministre est de s’enquérir des préoccupations de ceux-ci en vue de les accompagner dans leurs activités et d’établir des relations de confiance et de compréhension avec eux en ce qui concerne les taxes auxquelles ils sont assujettis.

«Si nous voulons bien remplir notre mission, il faut qu’on écoute, qu’on échange», s’est exclamé le ministre Lucien Marie Noël Bembamba dès l’entame de la rencontre. Selon lui, il s’agit de situer les attentes des uns et des autres, faire comprendre le rôle de chaque partie (Etat et opérateurs économiques) dans la vie sociale et  économique du pays.

Le ministère de l’Economie et des Finances compte le plus grand nombre de services au niveau déconcentré, et joue un rôle important dans la vie économique du Burkina Faso. Ces services exercent une interférence et des actions directes sur le travail des opérateurs économiques et assimilés. Cet état de fait définit l’exigence de cette séance de débats avec ceux-ci, collaborateurs directs et de facto du ministère.

Les opérateurs économiques du Centre-est ont presque tous fustigé l’impôt qu’ont leur demande de payer, jugé trop élevé par rapport à leur moyens ou à l’activité qu’ils exercent. Des taxes allant jusqu’à des dizaines de millions de francs CFA qui, selon les services compétents, seraient dues à un cumul d’arriérés.

Conséquence, certains commerçants ne pouvant s’en acquitter, se trouvent obligés de fermer boutique, d’autres opérateurs économiques se résolvent à migrer vers d’autres contrées en l’occurrence le Togo, dégradant ainsi le tissu fiscal, pilier important de l’économie nationale.

Autres préoccupations, non des moindres, ce que d’aucuns ont appelé le ‘’double paiement de la TVA’’, la patente, le dédouanement des marchandises jugé laborieux, la passation des marchés publics considérée mafieuse par les opérateurs économiques de la région.

Des échanges, il est ressorti qu’il y a une incompréhension, ce qui justifie une fois encore la tenue de cette rencontre. Le ministre a rassuré par la tenue de la rencontre et  a surtout instruit les services déconcentrés d’accroître la sensibilisation, la concertation avec les acteurs de la vie économique et d’organiser des journées portes ouvertes à cet effet.

M. Bembamba a invité ses interlocuteurs qui ont salué l’initiative, à aider à faire cesser les agressions des douaniers, à lutter contre la fraude, bref à plus de civisme. Il a pris l’engagement de tout mettre en œuvre pour la résolution des problèmes posés, y compris les cas isolés au grand bonheur de tous.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre