Crise de la dette en Europe: L’Angola au secours du Portugal ?

512 0

La pression de la crise financière mondiale et de la dette sur les pays européens s’est accentuée, et touche désormais des pays autrefois considérés comme ‘’intouchables’’ qui ne savent plus où mettre la tête. Les soutiens d’où qu’ils viennent sont les bienvenus, et accueillis à bras ouverts sans autres forme de procès.

Carte de l'Angola. Ph. wikipedia.org

Le Portugal, ancienne métropole désespérée du fait des conséquences de cette crise, se voit contraint de chercher l’aide de son ancienne colonie, l’Angola, aussi bien pour les investissements au Portugal que pour le rachat des entreprises publiques portugaises irrémédiablement en liquidation.

Selon un accord signé cette année avec l’Union européenne et le Fonds monétaire internationale et sous la pression de la dette, Lisbonne se voit obligée de céder une partie  de la banque BPN ou de la compagnie aérienne TAP, de Energias de Portugal.

Cette situation, jumelée à une privatisation en masse des entreprises portugaises pour sauver une économie en déroute, laisse croire que les rôles entre l’Angola et le Portugal, sont inversés.  Et c’est une première  dans l’histoire et en Afrique, qu’une ancienne colonie apporte un secours pareil à une ex-métropole.

Plusieurs grandes puissances financières d’Europe sont affectées par la crise de la dette ; les Etats-unis aussi. Nombre de dirigeants politiques européens ont déjà fait les frais de cette crise qui semble ne pas tolérer les défauts de gestion.

Autrefois ravagé par la guerre civile et devenu un nouvel Eldorado africain, l’Angola dispose aujourd’hui d’une puissance financière internationale incontestée, grâce au poids lourd de son économie, le pétrole.

Carte du Portugal. Ph. 77international.fr

Les investissements angolais au Portugal sont ainsi passés de 2002 à 2009, de 1,6 millions d’euros à 116 millions d’euros, un montant assez important pour accompagner l’économie portugaise. L’ancienne colonie détient environ 3,8% de la capitalisation boursière de Lisbonne.

Même si du côté de l’Angola on reconnait la réciprocité des échanges commerciaux entre les deux pays, la balance est plus lourde du côté de Lisbonne. Et selon certains analystes, l’enjeu véritable des opérations financières angolaises est difficile à estimer. Sans aucun doute, les achats d’actifs portugais seront plus importants dans un proche avenir.

Jusqu’à récemment, les pays africains étaient connus comme les plus endettés (on parle de Pays pauvres très endettés – PPTE). Cette tendance inversée risque d’être de plus en plus visible ; l’Algérie et la Tunisie possèdent des entreprises solides qui opèrent en Europe.

Ils sont nombreux les puissances économiques et financières africaines à pouvoir porter assistance à une Europe dans le besoin. Du pétrole aux ressources minières, en passant par des ressources humaines compétentes, l’Afrique regorge aujourd’hui de potentialités non négligeables.

Beaucoup de spéculations ou, dirait-on d’optimistes, prédisent que dans une cinquantaine d’années, l’Afrique, à l’image de la Chine aujourd’hui, tirerait l’économie du monde. Avec cette crise que traverse l’Europe, on serait tenté de croire à un début d’émergence de la force économique et financière du continent, avec à l’inverse, le déclin de celle de l’Occident.



Article similaire

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *