USSU-BF: Après le lancement à Koudougou place à la compétition

589 0

Le top de départ de la 6ème édition de la relance de l’Union des Sports Scolaires et Universitaires du Burkina Faso (USSU-BF) a eu lieu le 18 novembre 2011 à Koudougou dans la région du centre-ouest. Le lancement de la saison 2011-2012 a été marqué par un match gala disputé en 2×20 minutes entre le Cour Placide Yaméogo de Koudougou et le Lycée Communal de Ouahigouya. Les deux équipes se sont séparées sur un score nul et vierge.

Les joueurs du lycée Communal de Ouahigouya vainqueur

Les élèves et étudiants des établissements secondaires et supérieurs retrouvent le chemin des terrains des compétitions de l’Union des Sports Scolaires et Universitaires du Burkina Faso (USSU-BF). Le top départ de la saison a été donné le 18 novembre 2011 à Koudougou (localité située à 100 km à l’Ouest de Ouagadougou), dans la province du Bulkiemdé. Pour cette 6ème cérémonie officielle de lancement, le Cour Placide Yaméogo de Koudougou affrontait le Lycée Communal de Ouahigouya dans un match de gala de 2×20 minutes. Ce match de gala a pris fin sur le score de zéro but partout. Un match plaisant malgré la mauvaise qualité de la pelouse qui n’a pas permit à ces élèves de d’exprimer correctement leurs talents. Les lycéens venus de Ouahigouya voulaient à tout prix gagner ce match face à un adversaire qui leur a causé des soucis lors des compétitions passées.

Le match nul n’est pas une bonne chose pour nous parce que nous avons joué contre cette équipe à deux reprises. Elle nous a toujours éliminés en quart de finale. Nous voulions prendre notre revanche. Mais ce n’est que parti remise car nous pourrons nous croiser pendant la compétition officielle” propos de Oumarou Ouédraogo, capitaine du Lycée Communale de Ouahigouya. Il ajoutera que « cette année, nous comptons remporter la finale car nous avons acquis de l’expérience au niveau de cette compétition ». Une dynamique qui promet cette session de l’USSU-BF très prometteuse.

Le Cour Placide Yaméogo qui évoluait à domicile voulait également à gagner ce match de gala comme le relève son capitaine Dieudonné Marie Yaméogo : « Il fallait remporter ce match et faire plaisir à notre public. Néanmoins nous ne sommes pas déçus car l’objectif est de remporter la finale nationale comme nous l’avons déjà fait dans le passé. Nous nous préparons pour cela».

Avant ce match de gala, la veille jeudi 17 novembre, les élèves, étudiants et la population de Koudougou avec ainsi que les autorités de la région du Centre-Ouest ont animé un cross populaire à travers les différents artères de la ville. La nuit du jeudi a été dédiée aux partenaires qui soutiennent le sport scolaire depuis sa reprise, à travers des prestations d’artistes. Le prochain défi de la fédération de l’USSU-BF est l’enregistrement des inscriptions des établissements entre le mois de décembre et la mi-janvier. Ensuite suivront les éliminatoires par provinces en février, ainsi que les quarts de finales et les demi-finales en mars, selon le programme de la fédération burkinabè des sports scolaires et universitaires . Les finales nationales sont prévues à la fin du mois d’Avril 2012 pour permettre aux élèves de préparer les examens. Lors de la saison dernière, les compétitions s’étaient arrêtées au quart de finale. Pour pallier à cela, la fédération a fait disputer les finales seulement au niveau régional. Pour la saison présente, elle espère aller jusqu’aux finales nationales.

Des personnalités s’expriment après la cérémonie de lancement

Le président d’honneur François Compaoré

Par rapport à ce que nous avons vu ce soir, nous pouvons dire que le lancement de l’USSU-BF à Koudougou a tenu son pari. C’est à l’image des autres chefs lieux de région où il y a également eu une forte mobilisation. Tous les parrains étaient présents sauf l’archevêque qui est présentement à Rome. C’est vraiment un succès et je dis merci à tous les parrains et à tous les établissements qui ont bien voulu participer à travers les élèves qu’ils ont envoyés. Il faut dire que c’est la conjugaison des trois départements ministériels (Ndlr le ministère des sport, le ministère de l’enseignement secondaire et supérieure et le ministère de l’éducation nationale) à travers leurs agents sur toute l’étendue de la région qui ont fait en sorte que le pari soi gagné. C’est un bon départ et l’USSU-BF connait un nouveau souffle après une année particulièrement difficile. Nous espérons que les finales se joueront au mois d’avril 2012.

Le Ministre des sports Yacouba Ouédraogo

Je remercie toutes les autorités sportives, religieuses, coutumières de la région de Koudougou pour nous avoir soutenues dans cette mobilisation. C’était un pari qui n’était pas gagné d’avance et lorsque vous voyez cette mobilisation, c’est vraiment une fierté pour le Burkina. Il appartient maintenant aux sportifs de se donner afin que nous puissions par le biais de ces sessions connaitre l’éclosion de grands sportifs. Je suis vraiment satisfait ce soir.

Le gouverneur de la région du centre ouest Komyaka Pascal Sawadogo

Notre message a été entendu par la population de Koudougou et la région du centre Ouest. Je voudrais donc saluer et remercier les autorités du Burkina Faso pour avoir porter leur choix sur cette région pour la cérémonie de lancement des activités sportives de l’USSU-BF. Nous avons joué notre partition et nous voulons remercier les élèves, les étudiants, les ressortissants de Koudougou qui ont fait le déplacement pour assister à cette activité. Ce lancement ayant été un succès, nous souhaitons que la suite soit bien réussie et que nos jeunes qui constituent la relève de demain puissent continuer l’œuvre dont nous avons la charge aujourd’hui, à savoir le travail de développement de notre pays.

Herman Yaméogo (homme politique ressortissant de Koudougou)

L’opération est bien réussie. Vous avez constaté qu’il n’y avait pas eu de place. Nous sommes heureux de voir que de toutes les éditions, c’est celle-ci qui a refusé du monde. Cela veut dire qu’au niveau de Koudougou, les gens sont prêts pour travailler dans l’intérêt national et privilégier tout ce qui peut unir. Au-delà de toute autre considération, c’est un temps de convivialité, c’est un temps où l’on vit à l’unisson, c’est un moyen pour nous d’axer sur l’essentiel qu’il importe de faire pour ce pays.



Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *