De nouvelles solutions contre les ravages des changements climatiques

586 0

Il n’y a pas bien longtemps que la notion de « Changements climatiques » est entrée dans nos us lexicaux, mais les burkinabé sont déjà bien familiers des affres agronomiques et écologiques que ces modifications du climat nous servent.

Hier lundi 21 Novembre 2011 à Kongoussi, localité située à un peu plus de 100 km au nord de Ouagadougou, a eu lieu la cérémonie marquant le lancement d’un projet novateur qui vise la réduction de la vulnérabilité des pays sahéliens et qui permettra

Un système d'irrigation

à terme d’améliorer la sécurité alimentaire en ces temps de fer climatiques. Ce projet, conçu et conduit par  2iE, a été financé par le Centre de Recherche pour le développement international (CRDI).

Zones d’action

Au Burkina Faso, le projet couvrira les zones subissant le plus les désagréments climatiques. Il sera mis en Œuvre dans les provinces du Bam et du Yatenga. L’intitulé exact du projet est : « Irrigation de complément et information climatique : de la recherche au renforcement des capacités d’adaptation institutionnelle et communautaire au Sahel », et s’articulera autour de trois composantes à savoir : le développement et la mise à disposition d’un système d’information climatique à l’usage des producteurs ; la mise en place d’un système d’irrigation de complément comprenant la collecte des eaux des pluies et leur utilisation pour les cultures en période de manque d’eau ; le renforcement des capacités des producteurs et des autres acteurs locaux intervenant dans la production agricole.

La cérémonie de lancement

C’est en plein centre de la ville de Kongoussi que la cérémonie s’est déroulée. Un parterre d’officiels, chapeautés par le Directeur général adjoint de la Fondation 2iE, Maïga Hama Amadou, et côté Administration publique par le Ministre de l’agriculture et de l’Hydraulique, Laurent Sédogo. Ce dernier a sonné la trompète annonçant le lancement du projet, mais avant a dit toute l’importance que revêt un tel projet dans un Burkina Faso naviguant entre caprices pluviométriques et insuffisance des productions agricoles. Il a noté que la saison 2007-2008  a été marquée par un arrêt brutal des pluies au début du mois de Septembre, ce qui avait  occasionné une baisse de 16 à 11% de la production céréalière par rapport à la saison précédente. La Campagne 2011-2012 a été, selon le ministre, aussi catastrophique, puisque les prévisions de productions céréalières ont été revues à la baisse de « 16% environ ». Pour le ministre donc, de nouvelles voies, comme le projet de 2iE, sont indispensables pour faire face à ces aléas. Un projet qui vient à point nommé, puisqu’il permettra une application plus large des pratiques endogènes de cultures, et l’adoption de stratégies durables pour une meilleure adaptation face aux aléas climatiques.

Le Cercle d’information sur les changements climatiques (CIC), réseau de journalistes spécialisés, a eu l’insigne honneur de couvrir cette activité.

Thierry



Article similaire

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *