Les Burkinabè vivant au Cameroun font un plaidoyer pour une chancellerie

576 0
Blaise Compaore
Blaise Compaoré

Les ressortissants du Burkina Faso installés à Douala au Cameroun multiplient des manœuvres pour l’ouverture d’une représentation diplomatique dans leur pays d’accueil. La nouvelle n’est pas encore officielle, mais, elle circule déjà dans les milieux burkinabés de la ville de Douala. Les compatriotes de Blaise Compaoré s’impatientent de voir créer dans les prochains jours un consulat ou une ambassade du Burkina – Faso au Cameroun. « À Yaoundé, on n’a qu’un consulat honoraire » lance un burkinabè installé dans la capitale économique du Cameroun. Pour lui, ses compatriotes veulent un vrai chargé de mission diplomatique du Burkina au Cameroun. Et il poursuit : « les autorités ont l’habitude de nous demander si nous sommes bien ici. Je pense qu’avec ça, ils seront suffisamment informés sur nous». Une source fiable révèle que de grosses pointures de la classe politique au Burkina – Faso sont sur le projet, et s’y donnent à fond pour un aboutissement du dossier dans les meilleurs délais. Dans la foulée, on apprend que les négociations avec les autorités du Burkina Faso vont bon train. Douala ou Yaoundé, villes préférées des burkinabés du Cameroun, devraient abriter les bureaux de la diplomatie burkinabè.
En attendant l’ouverture d’une représentation diplomatique, la capitale économique camerounaise accueille plus d’une centaine de burkinabés de différentes ethnies. Ils exercent dans des activités formelles et informelles. La plupart d’entre- eux ont parfois du mal à joindre les deux bouts. « Mon revenu mensuel permet juste de payer le loyer », affirment certains. Chez d’autres, ces revenus assurent la survie au quotidien. C’est le cas de Sidiki, rencontré à l’occasion de la dernière assemblée générale de l’Association des ressortissants burkinabés au Cameroun, convoquée au quartier Congo par le président de la communauté burkinabè de Douala. Nougtara Souleymane s’assure toujours que ses compatriotes vont bien. Large et soucieux d’après certains témoignages, il mène à bien sa mission de rassemblement de tous les ressortissants burkinabés de Douala.
Au vu des difficultés rencontrées par les burkinabés au Cameroun en général et à Douala en particulier, l’association dirigée par Nougtara Souleymane est favorable à la création d’une représentation diplomatique en terre camerounaise. Elle viendrait faciliter toutes les procédures visant à les mettre en règle avec les institutions camerounaises. Les burkinabés pensent qu’une ambassade ou un consulat leur épargnera des problèmes de papiers. « Le plus gros problème dans notre communauté est celui de la carte de séjour. Presque chaque mois, certains burkinabés sont arrêtés et mis en garde à vue » soutient un burkinabé. Une caisse est toujours ouverte aux réunions de cette communauté. Chacun y verse un peu d’argent, selon sa convenance. « A la fin de l’année, cet argent permettra de venir en aide aux personnes nécessiteuses », conclut un membre du bureau de la communauté.

Photo: Le Messager d’Afrique
Source: Camerpress.net


Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *