Attention : Le Paracétamol tue !

494 0
Paracetamol. Ph maxi-actu

Au Burkina Faso, le Paracétamol fait office de « maître des soins » dans les officines et les marchés de la rue. Ce médicament, n’est pourtant indiqué que dans les traitements de la fièvre et de certaines douleurs d’intensité modérée. Cependant, bien de Burkinabé en abusent, en prennent systématiquement pour tout mal, défient toutes les prescriptions en épuisant plusieurs plaquettes au cours d’une journée. Des fois, le Paracétamol est utilisé comme seul traitement contre le Paludisme. Mais des recherches menées récemment dégouteront sans doute les adeptes incontestés de ce produit.

Une étude réalisée par des chercheurs de l’Université de Edinburgh démontre que s’administrer quelques comprimés de paracétamol au dessus de la dose prescrite, régulièrement et sur plusieurs années entraine des complications sur la santé et même, suivez notre regard, la mort.

Que dit cette étude ?

L’étude révèle que prendre régulièrement du paracétamol à forte dose et sur une longue période entraine des lésions hépatiques. Le problème c’est qu’en plus des dommages que cela entraine, la maladie du patient peut s’avérer discrète. Comme le précise notre confrère  The Telegraph: «Les personnes qui arrivent à l’hôpital après avoir pris, en une seule fois, un surplus de comprimés, peuvent être souvent sauvés car les analyses de sang permettent de révéler la quantité exacte de médicament dans leur corps, permettant ainsi aux médecins d’agir rapidement pour sauver leur foie.», mais, dans les cas de prises prolongées,  «Les médecins ne peuvent pas déceler le problème parce que les tests sanguins ne montreront pas des taux anormalement élevés de paracétamol.».

Plus rude sur les enfants

Selon d’autres études (Centre Antipoison au Maroc), le surdosage de paracétamol est beaucoup plus mortel chez les enfants en bas âge. Selon le Centre antipoison, « dans les heures qui suivent le surdosage, l’enfant est asymptomatique ou présente des troubles digestifs bénins. (…) une insuffisance hépatite aiguë s’installe de manière silencieuse et ne se révèle que deux à trois jours après l’intoxication. A ce stade, l’insuffisance hépatique devient irréversible et peut évoluer vers le décès.».

Voilà une nouvelle qui inquiétera plus d’un au Burkina Faso, pays où l’automédication et les médicaments de la rue font déjà des ravages au niveau sanitaire.



Article similaire

Il y a 1 commentaire

  1. Ah ?a c’est ? savoir! en plus il parait que l’ibuprofen a ?t? retir? de la vente en Europe, mais pas en Afrique!! comment ?a se fait?

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *