Agriculture et sécurité alimentaire : des états généraux aux attentes impérieuses

562 2
Le premier ministre et le ministre de l'agriculture, à l'ouverture des assises.©Burkina24

Les assises des états généraux de l’agriculture et de la sécurité alimentaire ont débuté ce jeudi 24 novembre à Ouagadougou, avec pour objectif principal de servir de cadre de débat autour des progrès, contraintes liée à l’agriculture et d’une vision partagée  pour le secteur rural.

Il était nécessaire d’organiser des états généraux. En effet,  le difficile contexte de la campagne agricole qui vient de finir, et de façon générale la situation paradoxale d’un secteur agricole employant 85% de la main d’oeuvre nationale et qui tarde à assurer la sécurité alimentaire, sont assez justificatifs. Envisagés depuis 2009, les états généraux de l’agriculture et de la sécurité alimentaire doivent répondre à des attentes impérieuses. Ils « doivent être plus que jamais l’occasion pour les acteurs, décideurs et les partenaires d’apporter des réponses appropriées aux questions problématiques de notre agriculture », a insisté le représentant de la société civile et président de la Confédération paysanne du Faso, Monsieur Basiaka DAO.

Près de 250 acteurs étatiques et non-étatiques sont donc appelés à cette concertation qui permettra, en trois jours de travaux, de recueillir un maximum de points de vue sur la situation de l’agriculture burkinabè. Le secteur étant prioritaire pour le développement et dans les efforts du gouvernement, le premier ministre a dit attendre de ces assises, des propositions d’actions et des mesures de réformes nécessaires à l’enclenchement d’une « véritable révolution dans le développement rural ».

Et pour ce faire, le chef du gouvernement table également sur l’accompagnement des partenaires techniques et financiers. De l’avis du chef de file de ces partenaires, Madame Galina Satirova, représentante résidente de la Banque mondiale, ces états généraux sont un cadre idéal pour identifier et s’accorder sur les réformes prioritaires, afin d’offrir aux partenaires un cadre cohérent dans lequel ils peuvent positionner leurs appuis.



Justin Yarga

Journaliste web qui teste des outils de Webjournalisme et datajournalisme, Media strategy consultant.

Article similaire

Il y a 2 commentaires

  1. Salut et merci pour ce commentaire tr?s constructif. Comme vous, nous accordons dans notre ligne ?ditoriale une grande importance aux questions de ce genre, d’int?r?t national.
    Juste dire que nous sommes sur le deuxi?me article en rapport ? ces EGASA, cette fois-ci consacr? aux conclusions. Nous prenons en compte votre remarque pour ?voquer le th?me dans cet article. Et croyez-nous, Burkina 24 se fera le devoir de suivre les r?sultats de ces assises. Et nous attendons ?galement de vous une contribution dans ce suivi.

  2. J’aurais aim? voir dans cet article le th?me des EGASA, mais aussi les grandes conclusions des travaux. Cette rencontre est vraiment une r?volution et il serait important de savoir quelle sera la suite ? donner ? cela

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *