Fête de l’indépendance : la nation burkinabè reconnaissante à plus de 800 de ses fils

785 0

Même s’il n’y aura pas de faste, la fête de l’indépendance du Burkina connaîtra néanmoins ses cérémonies traditionnelles. En fait partie la cérémonie de décorations, qui cette année a reconnu le mérite de 801 Burkinabè et un Français dans l’ordre national et dans l’ordre du mérite burkinabè. Retour sur une cérémonie qui s’est déroulée ce 10 décembre à partir de 16h sur le plateau du Palais de Kosyam.

Les médailles de l'Ordre national burkinabè Photo : Zitocland.forumpro.fr

Le plateau du palais présidentiel de Kosyam a battu pavillon… burkinabè dans cet après-midi du samedi 10 décembre 2011. Pour mérite et services rendus à la nation, huit cent deux personnes, dont un Français (Jean Guion, président de l’Alliance francophone), y ont été décorées dans l’Ordre national et dans l’Ordre du mérite burkinabè à titre normal, exceptionnel ou posthume dans le cadre de la commémoration du 51e anniversaire de l’indépendance du Burkina Faso.

Des communicateurs…

La reconnaissance de la nation  a fait des heureux dans le camp des communicateurs. A commencer par le plus Premier ministre d’eux tous, Beyon Luc Adolphe Tiao, qui a été élevé au rang de Grand officier de l’Ordre national, la plus haute distinction avant la première, la Grand Croix de l’Ordre national, et la suprême, Grand maître des Ordres burkinabè. Celle-là est portée par le président du Faso himself.  Une autre icône de la communication et du journalisme au Faso, Boureima Jérémie Sigué, fondateur des Editions « Le Pays », s’est vu épingler sur sa poitrine la médaille d’officier de l’Ordre national, de même que Adama Barro, Secrétaire général du ministère de la communication. L’association Planète Schools, éditrice du journal scolaire Planète Schools Burkina, quant à elle, a été élevée au rang de chevalier de l’Ordre du mérite national.

… des politiciens…

Parmi les récipiendaires de cette soirée, on a également aperçu deux hommes, sinon renommés, du moins assez connus dans la sphère politique burkinabè. Il s’agit de Emile Pargui Paré, le fameux « chat noir » du Nayala, qui a été fait officier de l’ordre du mérite burkinabè, « sur proposition de l’Association burkinabè des anciens parlementaires», a-t-il tenu à préciser. L’autre homme n’est autre que l’un des candidats malheureux à la précédente élection présidentielle, Maxime Kaboré, qui a été reçu officier dans l’Ordre du mérite burkinabè.

… mais pas de militaire

Cependant, il n’a pas été fait mention, sauf ignorance de notre part,  de militaire dans le palmarès de cette année. La médaille d’honneur militaire et la médaille militaire ont affiché « 00 » dans la liste exhaustive des 3 201 burkinabè dont les mérites ont été reconnus par la nation depuis le 1er janvier 2011. Ceci aurait-il expliqué cela ? Mystère et boule de … grenade ? Suivez le regard…

Pour rappel, outre la satisfaction morale d’avoir été sélectionnés et distingués, les récipiendaires auront désormais droit à des avantages d’ordre salarial et surtout, aux honneurs.

 



Abdou ZOURE

Abdou Zouré est le rédacteur en chef de Burkina24.

Article similaire

Il y a 1 commentaire

  1. Pas ?tonnant de ne pas compter parmi les r?cipiendaires des hommes de tenue. M?me le 1er novembre, jour de leur f?te, il n’y a pas eu de d?coration. Le Chef d’Etat Major G?n?ral des arm?e avait laiss? entendre que la grande muette est en introspection profonde.

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *